Mikhaïl Bakounine

Mikhaïl Bakounine
Mikhaïl Bakounine ( - ), est un révolutionnaire, théoricien de l'anarchisme et philosophe russe qui a particulièrement réfléchi sur le rôle de l'État.

" L'uniformité c'est la mort, la diversité c'est la vie. "

Vie

" La musique seule a une place dans le monde actuel, précisément parce qu'elle ne prétend pas dire des choses déterminées. "

" Puisque le prolétaire, le travailleur manuel, l'homme de peine, est le représentant historique du dernier esclavage sur terre, son émancipation est l'émancipation de tout le monde, son triomphe est le triomphe final de l'humanité. "

L'Empire knouto-germanique...

" L'État a toujours été le patrimoine d'une classe privilégiée quelconque : classe sacerdotale, nobiliaire, bourgeoise ; classe bureaucratique à la fin, lorsque, toutes les autres classes s'étant épuisées, l'État tombe ou s'élève, comme on voudra, à la condition de machine. "

Lettres sur le patriotisme

" Là où commence l'État, la liberté individuelle cesse, et vice versa. "

Fédéralisme, socialisme et antithéologisme

" Toute théorie conséquence et sincère de l'État est essentiellement fondée sur le principe de l'autorité, c'est-à-dire sur cette idée [...] que les masses, toujours incapables de se gouverner, devront subir en tout temps le joug bienfaisant d'une sagesse et d'une justice qui, d'une manière ou d'une autre, leur seront imposées d'en haut. "

Fédéralisme, socialisme et antithéologisme

" Tout peuple, tout individu, est involontairement ce qu'il est et il a le droit incontestable d'être lui-même. "

Étatisme et anarchie

" C'est en cherchant l'impossible que l'homme a toujours réalisé le possible. Ceux qui se sont sagement limités à ce qui leur paraissait le possible n'ont jamais avancé d'un seul pas. "

Considérations philosophiques sur le monde réel

" L'imagination est une grande puissance dont généralement on ne tient pas assez compte dans la société. "

Lettres à un Français sur la crise actuelle

" Parti de l'état de gorille, l'homme n'arrive que très difficilement à la conscience de son humanité et à la réalisation de sa liberté. Il ne le fait qu'en se complétant de tous les individus qui l'entourent, et seulement grâce au travail et à la puissance collective de la société. La société, loin d'amoindrir et de limiter, crée au contraire la liberté des individus humains. "

Dieu et l'État

" Une révolte radicale contre la société serait aussi impossible pour l'homme qu'une révolte contre la nature. "

Dieu et l'État

" L'État garantit toujours ce qu'il trouve : aux uns leurs richesses, aux autres la pauvreté ; aux uns la liberté fondée sur la propriété ; aux autres l'esclavage, conséquence fatale de leur misère. "

Dieu et l'État

" L'État c'est l'autorité, c'est la force, c'est l'ostentation et l'infatuation de la force. Il ne s'insinue pas, il ne cherche pas à convertir : et toutes les fois qu'il s'en mêle, il le fait de très mauvaise grâce ; car sa nature, ce n'est point de persuader, mais de s'imposer, de forcer. "

Dieu et l'État

" Je n'hésite pas à dire que l'État c'est le mal, mais un mal historiquement nécessaire, aussi nécessaire dans le passé que le sera tôt ou tard son extinction complète [...]. L'État n'est point la société, il n'en est qu'une forme historique aussi brutale qu'abstraite. "

Dieu et l'État

" Aucun homme ne saurait être libre en dehors et sans le concours de toute l'humaine société. "

Discours aux ouvriers du Val de Saint-Imier

" La morale n'a pas d'autre source, d'autre stimulant, d'autre cause, d'autre objet que la liberté. Elle n'est elle-même rien que liberté. Toutes les restrictions qu'on a imposées à cette dernière dans le but de protéger la morale ont donc toujours tourné au détriment de celle-ci. "

Catéchisme révolutionnaire