Citations de Pierre Rabhi

Pierre Rabhi, né en 1935, est un agriculteur, écrivain et penseur français d'origine algérienne. Expert en agroécologie, il soutient le développement de l'agriculture biologique et défend un mode de société plus respectueux des populations et de la terre.

Aller plus loin : Blog de Pierre Rabhi

Qu'est-ce que la mondialisation compétitive et guerrière si ce n'est l'expression du délitement des consciences ? [...] Cependant, la pire des mondialisations est selon moi celle qui clone les esprits, les standardise et instaure une monoculture terriblement préjudiciable à l'évolution et à la pérennité.
Conscience et environnement, Les Éditions du Relié
L'éducation est l'un des grands enjeux pour l'avenir. Peu soucieux déjà de la nécessité absolue de laisser aux générations futures une planète viable, nous ne faisons pas grand chose pour en faire les acteurs de leur propre sauvegarde, aveuglés par les idéologies sans âme, infantiles et violentes. L'éducation se réduit trop à les conformer à ces idéologies, sans même tenir compte de l'évolution de l'histoire. En somme éduquer ne serait-ce pas avant tout rétablir la concordance entre le destin de la planète et celui des humain ?
Conscience et environnement, Les Éditions du Relié
Avec l'ère de la technoscience, de la productivité et de la marchandisation sans limite, l'on ne voit plus dans la terre et les végétaux qu'une source de profit financier. Ce pillage du bien commun de l'humanité est représentatif d'une civilisation qui a donné à la matière, au lucre et à l'avidité humaine les pleins pouvoirs sur le Vivant et les vivants que nous sommes.
Conscience et environnement, Les Éditions du Relié
Il est grand temps de reconnaître à la Nature le magistère absolu d'être la garante de toute vie de de notre survie. Oublier ce caractère irrévocable condamne nos efforts à n'avoir aucun lendemain...
Conscience et environnement, Les Éditions du Relié
Tout ce que nous faisons à la terre de bien ou de mal, c'est par conséquent à nous que nous le faisons. Il est vain de vouloir la santé et l'épanouissement de l'être humain sans guérir et entretenir ce qui lui transmet les substances, les forces et les énergies qui lui sont indispensables.
Conscience et environnement, Les Éditions du Relié
L'eau est ruisseau, rivière et fleuve, coléreuse ou tendre , vivifiante ou mortelle, elle hante nos esprits de son impérieuse présence. Elle nous fait enfants de la terre, du soleil et de l'air. Elle nous fait enfants du cosmos, des forces telluriques et des brumes épaisses, enfants des océans et de leur houle puissante. L'eau est nous-même et nous sommes l'eau même.
Conscience et environnement, Les Éditions du Relié
Notre modèle de développement ressemble bien plus à une fuite éperdue vers le néant qu'à la réalisation d'un humanisme que nous ne pouvons différer sans risque majeur.
Conscience et environnement, Les Éditions du Relié
La nature est par définition le complexe vivant dans lequel l'être humain doit enfin trouver sa juste place s'il ne veut être éradiqué par ses propres erreurs.
Conscience et environnement, Les Éditions du Relié
Une société où tout ce qui n'a pas un prix, un tarif, n'a pas de valeur et où l'indispensable - comme la nourriture - est banalisé donne à l'argent un pouvoir totalitaire sur cette société.
Conscience et environnement, Les Éditions du Relié
La croissance économique indéfinie fait de la consommation et du toujours plus un acte civique. Cependant, le même système qui produit des marchandises à vendre fabrique par l'exclusion et le chômage des citoyens de moins en moins capables de les acheter, aberration qui, à terme, le condamne...
Conscience et environnement, Les Éditions du Relié
Faire de l'argent un moyen et non une fin, mettre au centre de nos préoccupations l'humain et la nature, et l'argent à leur service, est la seule alternative possible dans le débordement et l'incohérence où nous sommes.
Conscience et environnement, Les Éditions du Relié
[...] notre obsession du temps qui passe, qui est gagné ou perdu, nous fait oublier que c'est nous qui passons.
Conscience et environnement, Les Éditions du Relié
Les moyens de transport rapide et de communication ont fait de notre meiveilleuse terre un village, mais nous demeurons étrangers les uns aux autres, fragmentés par nos frontières, nos religions, nos races, nos idéologies, nos cultures.
Conscience et environnement, Les Éditions du Relié
Notre déférence et dévotion quasi religieuse à l'égard de la science nous a fait oublier qu'elle est aussi faillible que les humains, dont elle est une des disciplines fondamentales. Cette atitude confère à la science une prérogative considérable sur le destin collectif, qu'aucune règle transcendante ne justifie.
Conscience et environnement, Les Éditions du Relié
Je crois que l'univers est indivisible, qu'il est construit comme une immense symphonie dans laquelle j'ai le sentiment parfois que le genre humain, avec sa frénésie et sa violence, représente une douteuse dissonance.
Conscience et environnement, Les Éditions du Relié
[...] le féminin sera le dernier recours pour une profonde mutation de notre société.
Conscience et environnement, Les Éditions du Relié
Face à un système qui confisque le droit des peuples à se nourrir par eux-mêmes, l'agroécologie est une alternative éthique et réaliste, un acte de légitime résistance, qui permet l'autonomie des populations et la préservation de leurs patrimoines nourriciers.
L'agroécologie est pour nous bien plus qu'une simple alternative agronomique. Elle est liée à une dimension profonde du respect de la vie sous toutes ses formes et doit permettre d'instaurer une vision différente de la vie en conciliant nécessités vitales et sauvegarde du vivant pour aujourd'hui et pour les générations futures.
Entre un environnement urbain où prolifère le bric-à-brac désordonné des gigantesques caisses à commerce avec leur surenchère de publicités qui n'ont de lumineux que les watts qu'elles consomment sans modération, notre insatiabilité enlaidit le monde et nous crée un univers sans âme. La préservation de la vitalité et de la beauté du patrimoine est une nécessité absolue. Nous la devons à nous-mêmes et aux êtres qui adviendront après nous.
Bien au-delà des plaisirs superficiels toujours inassouvis, la sobriété permet de retrouver la vibration de l'enchantement, le sentiment de ces êtres premiers pour qui la création, les créatures et la terre étaient avant tout sacrées.
L'être humain a véritablement besoin de vie et de temps pour ne rien faire. Nous sommes dans une pathologie du travail, où toute personne qui ne fais rien est forcément un fainéant.
Les limites qu'imposent - par sa constitution même - la planète Terre rendent irréalistes et absurde le principe de croissance économique infinie.
Vers la sobriété heureuse
Le vie n'est une belle aventure que lorsqu'elle est jalonnée de petits ou grands défis à surmonter, qui entretiennent la vigilance, suscitent la créativité, stimulent l'imagination et, pour tout dire, déclenchent l'enthousiasme, à savoir le divin en nous.
Vers la sobriété heureuse
Pour que les arbres et les plantes s'épanouissent, pour que les animaux qui s'en nourrissent prospèrent, pour que les hommes vivent, il faut que la terre soit honorée.
Vers la sobriété heureuse
C'est dans les utopies d'aujourd'hui que sont les solutions de demain.
Vers la sobriété heureuse
Ce que tout le monde appelle "éducation" est une machine à fabriquer des soldats de la pseudo-économie, et non de futurs êtres humains accomplis, capables de penser, de critiquer, de créer, de maîtriser et de gérer leurs émotions, ainsi que de ce que nous appelons spiritualité.
Vers la sobriété heureuse
À la terre comme lieu de vie succède la terre comme gisement des ressources minérales, végétales et animales, à piller sans modération, tandis que le contexte naturel, à savoir l'écosystème planétaire tout entier, nous inviterait plutôt à une régulation de nos besoins, à une économie véritable mise au service de l'humain, dans le respect du vivant.
Vers la sobriété heureuse
Ce qui détruit la planète, c'est le superflu qui n'a pas de limite.
Blogzine Nature & Découvertes
La société changera quand la morale et l'éthique investiront notre réflexion.
Il faut se mettre dans une attitude de réceptivité, recevoir les dons et les beautés de la vie avec humilité, gratitude et jubilation.
Ne pouvant produire sans épuiser, détruire et polluer, le modèle dominant contient en fait les germes de sa propre destruction et nécessité d'urgence des alternatives fondées sur la dynamique du Vivant.

Haut de page

Chargement...

 

 

 

 

Partager cette page