Economie

" En fait on doit proclamer qu'un droit fondamental de l'homme c'est d'être protégé efficacement contre un fonctionnement inéquitable, sinon malhonnête, de l'économie de marchés permis actuellement ou même favorisé par une législation inappropriée. "

Maurice Allais

La Crise mondiale d'aujourd'hui. Ed. Clément Juglar

" Les limites qu'imposent - par sa constitution même - la planète Terre rendent irréalistes et absurde le principe de croissance économique infinie. "

Pierre Rabhi

Vers la sobriété heureuse

" À la terre comme lieu de vie succède la terre comme gisement des ressources minérales, végétales et animales, à piller sans modération, tandis que le contexte naturel, à savoir l'écosystème planétaire tout entier, nous inviterait plutôt à une régulation de nos besoins, à une économie véritable mise au service de l'humain, dans le respect du vivant. "

Pierre Rabhi

Vers la sobriété heureuse

" Ne pouvant produire sans épuiser, détruire et polluer, le modèle dominant contient en fait les germes de sa propre destruction et nécessité d'urgence des alternatives fondées sur la dynamique du Vivant. "

Pierre Rabhi

" La concurrence du marché, quand on la laisse fonctionner, protège le consommateur mieux que tous les mécanismes gouvernementaux venus successivement se superposer au marché. "

Milton Friedman

La Liberté du choix

" L'inflation est une maladie dangereuse et parfois fatale. "

Milton Friedman

La Liberté du choix

" L'économiste doit être mathématicien, historien, politicien et philosophe. Il doit aborder simultanément l'abstraction et la réalité et étudier le présent à la lumière du passé en vue de l'avenir sans qu'aucun aspect de la nature des institutions ne lui échappe. "

John Maynard Keynes

Théorie générale de l'emploi, de l'intérêt et de la monnaie

" Un peuple est pacifique aussi longtemps qu'il se croit assez riche et redouté pour installer sournoisement sa dictature économique. "

Georges Bernanos

" Tout l'art de rendre une nation heureuse et florissante consiste à donner à chacun la possibilité d'être employé. Pour y parvenir, le premier souci d'un gouvernement doit être de favoriser tous les genres de manufactures, d'arts et de métiers, que l'homme peut inventer ; le second d'encourager l'agriculture et la pêche afin que la nature toute entière soit, comme l'homme, mise à contribution. Car c'est par cette politique et non par une futile réglementation de la prodigalité et de l'économie qu'on peut accroître la grandeur et le bonheur des nations. "

Bernard de Mandeville

La fable des abeilles