Citations de Pierre-Augustin Caron de Beaumarchais

Pierre-Augustin Caron de Beaumarchais
Pierre-Augustin Caron de Beaumarchais ( - ) était un écrivain, journaliste, dramaturge, éditeur, horloger, inventeur, musicien, politicien, espion, vendeur d'armes, révolutionnaire (pour la France et pour les États-Unis) et fut l’une des figures emblématiques du Siècle des Lumières.

" Fiez-vous à tout le monde, et vous aurez bientôt à la maison une bonne femme pour vous tromper, de bons amis pour vous la souffler et de bons valets pour les y aider. "

" Il n'est pas nécessaire de comprendre les choses pour en débattre. "

" L'amour... n'est que le roman du cœur. C'est le plaisir qui en est l'histoire. "

" Les plus grandes peines ont leur douceur quand elles sont partagées. "

" La femme la plus aventurée sent en elle une voix qui lui dit : "Sois belle si tu peux, sage si tu veux, mais sois considérée, il le faut". "

" De toute les choses sérieuses, le mariage est certainement la plus bouffonne. "

Le Mariage de Figaro

" Parce que vous êtes un grand seigneur, vous vous croyez un grand génie !... Noblesse, fortune, un rang, des places, tout cela rend si fier ! Qu'avez-vous fait pour tant de biens ? Vous vous êtes donné la peine de naître, et rien de plus. "

Le Mariage de Figaro

" Calomniez, calomniez, il en restera toujours quelque chose. "

" La difficulté de réussir ne fait qu'ajouter à la nécessité d'entreprendre. "

" Les ouvrages de théâtre, Monsieur, sont comme les enfants des femmes : conçus avec volupté, menés à terme avec fatigue, enfantés avec douleur et vivant rarement assez pour payer les parents de leurs soins, ils coûtent plus de chagrins qu'ils ne donnent de plaisirs. "

" Le théâtre est un géant qui blesse à mort tout ce qu'il frappe. "

" L'homme né pour la liberté, sentant qu'on cherche à l'asservir, aime souvent mieux se faire corsaire que de devenir esclave. "

" En amour, les jeunes paient pour ce qu'ils font, les vieux pour ce qu'ils ne font pas. "

" Je me presse de rire de tout, de peur d'être obligé d'en pleurer. "

Le Barbier de Séville

" Quand on cède à la peur du mal, on ressent déjà le mal de la peur. "

Le Barbier de Séville

" Il est doux d'être aimé pour soi-même. "

Le Barbier de Séville