Le Prix Médicis : récompenser le talent des nouveaux auteurs

Par Philippe Grassion le 7 octobre 2019

Prix Medicis

Après plusieurs étapes de présélections, le prix Médicis est attribué chaque année pour récompenser un jeune auteur. Un jury composé de dix personnalités du monde littéraire choisit de discerner le prix selon trois catégories différentes : roman/recueil, roman étranger et essai.

Le prix Médicis : valoriser un auteur prometteur

La spécificité du prix Médicis est de valoriser un auteur prometteur qui aura marqué les esprits par son style novateur. Telle était l’intention de Gala Barbisan et Jean-Pierre Giraudoux lorsqu’ils ont créé ce prix en avril 1958. Ils ont alors fondé un prix « pas comme les autres », en opposition au très précieux Goncourt : le Médicis. Il est d’ailleurs généralement décerné quelques jours avant ou après le Goncourt. Roman, récit ou recueil de nouvelles peuvent recevoir le Médicis. Depuis son existence, le Médicis a récompensé des romans devenus très célèbres tels que L’Opoponax de Monique Wittig (1964), La Vie mode d’emploi de Georges Perec (1978) ou encore Cherokee de Jean Echenoz (1983).

Les divers prix Médicis délivrés chaque année : trois catégories pour un prix

Tous les ans, pour compléter le traditionnel prix Médicis, deux autres catégories d’ouvrages sont récompensées par le Médicis :

    • Le prix Médicis étranger

Depuis 1970, le prix Médicis étranger est venu compléter le prix Médicis déjà existant. Ainsi, La vie est ailleurs de Milan Kundera, Le Nom de la rose d’Umberto Eco et Léviathan de Paul Auster ont reçu ce prix ces dernières années.

    • Le prix Médicis essai

Il est attribué chaque année depuis 1985. Le prix Médicis essai récompense un essai rédigé en français (francophone ou traduit). La Sculpture de soi de Michel Onfray, Une histoire de la lecture d’Alberto Manguel et Dans les forêts de Sibérie de Sylvain Tesson font notamment partie des lauréats de ce prix.

Quel jury pour décerner les prix Médicis en 2019 ?

Un seul et unique jury se réunit pour délivrer le prix Médicis pour les trois catégories présentées. La remise du prix a lieu au mois de novembre au restaurant La Méditerranée à Paris. La première sélection a lieu début septembre et deux autres la complètent dans le mois suivant. Le jury du prix Médicis change tous les deux ans.

En 2019, il est composé de dix membres que sont Marianne Alphant (Ces choses-là, POL), Michel Braudeau (Naissance d’une passion, Le Seuil), Marie Darrieussecq (Il faut beaucoup aimer les hommes, POL), Dominique Fernandez (Dans la main de l’ange, Grasset), Anne Garreta (Pas un jour, Grasset), Patrick Grainville (Les Flamboyants, Le Seuil), Andreï Makine (Le Testament français, Mercure de France), Frédéric Mitterrand (La Récréation, Robert Laffont), Pascale Roze (Le Chasseur Zéro, Albin-Michel) et Alain Veinstein (Tout se passe comme si, Mercure de France). Michel Braudeau est président et le jury est composé de personnalités venant de différentes maisons d’édition afin de maintenir une diversité de voix.

Les lauréats du Prix Médicis depuis 1958

  • 2019 : Luc Lang pour La Tentation, éd. Stock
  • 2018 : Pierre Guyotat pour Idiotie, éd. Grasset
  • 2017 : Yannick Haenel pour Tiens ferme ta couronne, éd. Gallimard
  • 2016 : Ivan Jablonka pour Laëtitia ou la Fin des hommes, éd. du Seuil
  • 2015 : Nathalie Azoulai pour Titus n’aimait pas Bérénice, éd. P.O.L
  • 2014 : Antoine Volodine pour Terminus radieux, éd. du Seuil
  • 2013 : Marie Darrieussecq pour Il faut beaucoup aimer les hommes, éd. P.O.L
  • 2012 : Emmanuelle Pireyre pour Féerie générale, éd. de L’Olivier
  • 2011 : Mathieu Lindon pour Ce qu’aimer veut dire, éd. P.O.L
  • 2010 : Maylis de Kerangal pour Naissance d’un pont, éd. Verticales
  • 2009 : Dany Laferrière pour L’Énigme du retour, éd. Grasset
  • 2008 : Jean-Marie Blas de Roblès pour Là où les tigres sont chez eux, éd. Zulma
  • 2007 : Jean Hatzfeld pour La Stratégie des antilopes, éd. du Seuil
  • 2006 : Sorj Chalandon pour Une promesse, éd. Grasset
  • 2005 : Jean-Philippe Toussaint pour Fuir, éd. de Minuit
  • 2004 : Marie Nimier pour La Reine du silence, éd. Gallimard
  • 2003 : Hubert Mingarelli pour Quatre soldats, éd. du Seuil
  • 2002 : Anne F. Garréta pour Pas un jour, éd. Grasset
  • 2001 : Benoît Duteurtre pour Le Voyage en France, éd. Gallimard
  • 2000 : Yann Apperry pour Diabolus in musica, éd. Grasset
  • 1999 : Christian Oster pour Mon grand appartement, éd. de Minuit
  • 1998 : Homéric pour Le Loup mongol, éd. Grasset
  • 1997 : Philippe Le Guillou pour Les Sept Noms du peintre, éd. Gallimard
  • 1996 : (ex-æquo) Jean Rolin pour L’Organisation, éd. Gallimard et Jacqueline Harpman pour Orlanda, éd. Grasset
  • 1995 : (ex-æquo) Andreï Makine pour Le Testament français, éd. Mercure de France et Vassilis Alexakis pour La Langue maternelle, éd. Fayard
  • 1994 : Yves Berger pour Immobile dans le courant du fleuve, éd. Grasset
  • 1993 : Emmanuèle Bernheim pour Sa femme, éd. Gallimard
  • 1992 : Michel Rio pour Tlacuilo, éd. du Seuil
  • 1991 : Yves Simon pour La Dérive des sentiments, éd. Grasset
  • 1990 : Jean-Noël Pancrazi pour Les Quartiers d’hiver, éd. Gallimard
  • 1989 : Serge Doubrovsky pour Le Livre brisé, éd. Grasset
  • 1988 : Christiane Rochefort pour La Porte du fond, éd. Grasset
  • 1987 : Pierre Mertens pour Les Éblouissements, éd. du Seuil
  • 1986 : Pierre Combescot pour Les Funérailles de la Sardine, éd. Grasset
  • 1985 : Michel Braudeau pour Naissance d’une passion, éd. du Seuil
  • 1984 : Bernard-Henri Lévy pour Le Diable en tête, éd. Grasset
  • 1983 : Jean Echenoz pour Cherokee, éd. de Minuit
  • 1982 : Jean-François Josselin pour L’Enfer et Cie, éd. Grasset
  • 1981 : François-Olivier Rousseau pour L’Enfant d’Édouard, éd. Mercure de France
  • 1980 : Jean-Luc Benoziglio pour Cabinet-portrait, éd. du Seuil
  • 1979 : Claude Durand pour La Nuit zoologique, éd. Grasset
  • 1978 : Georges Perec pour La Vie mode d’emploi, éd. Hachette
  • 1977 : Michel Butel pour L’Autre Amour, éd. Mercure de France
  • 1976 : Marc Cholodenko pour Les États du désert, éd. Flammarion
  • 1975 : Jacques Almira pour Le Voyage à Naucratis, éd. Gallimard
  • 1974 : Dominique Fernandez pour Porporino ou les Mystères de Naples, éd. Grasset
  • 1973 : Tony Duvert pour Paysage de fantaisie, éd. de Minuit
  • 1972 : Maurice Clavel pour Le Tiers des étoiles, éd. Grasset
  • 1971 : Pascal Lainé pour L’Irrévolution, éd. Gallimard
  • 1970 : Camille Bourniquel pour Sélinonte ou la Chambre impériale, éd. du Seuil
  • 1969 : Hélène Cixous pour Dedans, éd. Grasset
  • 1968 : Elie Wiesel pour Le Mendiant de Jérusalem, éd. du Seuil
  • 1967 : Claude Simon pour Histoire, éd. de Minuit
  • 1966 : Marie-Claire Blais pour Une saison dans la vie d’Emmanuel, éd. Grasset
  • 1965 : René-Victor Pilhes pour La Rhubarbe, éd. du Seuil
  • 1964 : Monique Wittig pour L’Opoponax, éd. de Minuit
  • 1963 : Gérard Jarlot pour Un chat qui aboie, éd. Gallimard
  • 1962 : Colette Audry pour Derrière la baignoire, éd. Gallimard
  • 1961 : Philippe Sollers pour Le Parc, éd. du Seuil
  • 1960 : Henri Thomas pour John Perkins : suivi d’un scrupule, éd. Gallimard
  • 1959 : Claude Mauriac pour Le Dîner en ville, éd. Albin Michel
  • 1958 : Claude Ollier pour La Mise en scène, éd. de Minuit

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.