• Savoir lire c'est allumer une lampe dans l'esprit, relâcher l'âme de sa prison, ouvrir une porte sur l'univers.
    Pavillon de femmes, éd. Stock
  • Je ne crois pas pouvoir me rappeler joie plus grande, plus complète, que celle d’arriver aux quelques dernières pages et de poser le livre, afin que la fin ne se produise pas avant le lendemain, et de me renfoncer sur l'oreiller avec le sentiment d'avoir bel et bien arrêté le temps.
    Une histoire de la lecture, éd. Actes Sud
  • Pour moi, des mots sur une page rendent l'univers cohérent.
  • Lire est doux ; relire est - quelquefois - plus doux encore.
    L'art de lire
  • Un livre s'immisce dans votre vie de manière très profonde, car l'expérience de la lecture n'est pas passive.
    O Magazine, 2003
  • La lecture reste une porte magique sur l'imaginaire tout en nous interrogeant sur nous, et notre univers.
  • Dans un roman, chaque page lue est une minute d'évasion offerte à votre âme. Ce n'est jamais du temps perdu, rien que de l'enrichissement.
  • Dans l'Antiquité et au Moyen Âge, la lecture était nécessairement une lecture à haute voix.
    La Galaxie Gutenberg (1962)
  • Je pense que pour être certain d'être lu et relu, je devrais écrire mes romans sur les paquets de corn-flakes.
    Les amnésiques n'ont rien vécu d'inoubliable, éd. Le Castor Astral
  • On ne lit pas seulement des phrases. On lit tout ce qui, entre les mots, vibre, dans les espaces vierges, les marges blanches. Qu'y a-t-il de plus intime que la lecture ? Ce chuchotement qui nous atteint au plus profond de nous, comme si, tout autour, une nuit accidentelle, était tombée sur le monde et l'avait rendu silencieux. Soudain il n'y a plus rien. Il n'y a plus que ce texte, qui résonne en nous.
    Un temps fou, éd. Stock
  • Nous lisons parce que, même si lire n'est pas indispensable pour vivre, la vie est plus aisée, plus claire, plus ample pour ceux qui lisent que pour ceux qui ne lisent pas.
  • L'exercice jamais clos de la lecture demeure le lieu par excellence de l'apprentissage de soi et de l'autre, découverte non d'une personnalité forme mais d'une identité obstinément en devenir.
    La Littérature, pour quoi faire ?, éd. Collège de France/Fayard
  • Pour bien comprendre quelqu'un, c'est mieux de lire, par-dessus son épaule, les livres qu'il lit.
    L'art presque perdu de ne rien faire, éd. Boréal
  • Lire n'est pas nécessaire pour le corps, seul l'oxygène l'est, mais un bon livre oxygène l'esprit.
  • Peut-être distinguera-t-on à la fin de ce siècle deux classes d'hommes, les uns formés par la télévision, les autres par la lecture.