Claude Lévi-Strauss

Claude Lévi-Strauss
Claude Lévi-Strauss ( - ) est un anthropologue et ethnologue français qui a exercé une influence décisive sur les sciences humaines dans la seconde moitié du XXe siècle en étant notamment l'une des figures fondatrices de la pensée structuraliste. Professeur honoraire au Collège de France, il en a occupé la chaire d'anthropologie sociale de 1959 à 1982. Il était également membre de l'Académie française (crédit photo : UNESCO/Michel Ravassard).

" Tout mariage est une rencontre dramatique entre la nature et la culture, entre l'alliance et la parenté. "

" La tolérance n'est pas une position contemplative. C'est une attitude dynamique, qui consiste à prévoir, à comprendre et à promouvoir ceux qui veulent être tolérant. "

Race et histoire, Ed. Folio

" L'humanité s'installe dans la mono-culture ; elle s'apprête à produire la civilisation en masse, comme la betterave. Son ordinaire ne comportera plus que ce plat. "

Tristes Tropiques, Ed. Pocket

" Rien ne ressemble plus à la pensée mystique que l'idéologie politique. "

" Jamais mieux qu'au terme des quatres derniers siècles de son histoire l'homme occidental ne put-il comprendre qu'en s'arrogeant le droit de séparer radicalement l'humanité de l'animalité, en accordant à l'une tout ce qu'il retirait à l'autre, il ouvrait un cycle maudit, et que la même frontière constamment reculée servirait à écarter des hommes d'autres hommes. "

" Si le but dernier de l'anthropologie est de contribuer à une meilleure connaissance de la pensée objectivée et de ses mécanismes, cela revient finalement au même que, dans ce livre, la pensée des indigènes sud-américains prenne forme sous l'opération de la mienne, ou la mienne sous l'opération de la leur. Ce qui importe, c'est que l'esprit humain, sans égard pour l'identité de ses messagers occasionnels, y manifeste une structure de mieux en mieux intelligible à mesure que progresse la démarche doublement réflexive de deux pensées agissant l'une sur l'autre et dont, ici l'une, là l'autre, peur être la mêche ou l'étincelle du rapprochement desquelles jaillira leur commune illumination "

Le cru et le cuit

" [...] Aucune société n'est parfaite. Toutes comportent par nature une impureté incompatible avec les normes qu'elles proclament et qui se traduit concrètement par une certaine dose d'injustice, d'insensibilité, de cruauté. Comment évaluer cette dose ? L'enquête ethnographique y parvient. Car s'il est vrai que la comparaison d'un petit nombre de sociétés les fait apparaître très différentes entre elles, ces différences s'atténuent quand le champ d'investigation s'élargit. On découvre alors qu'aucune société n'est foncièrement bonne ; mais aucune n'est absolument mauvaise ; toutes offrent certains avantages à leurs membres, compte tenu d'un résidu d'iniquité dont l'importance paraît approximativement constante et qui correspond peut-être à un inertie spécifique qui s'oppose, sur le plan de la vie sociale, aux efforts d'organisation. "

Tristes tropiques

" Le monde de l'homme est le monde de la culture et celle-ci s'oppose à la nature avec la même rigueur, quel que soit le niveau des civilisations considérées. "

" L'intelligence est la faculté à l'aide de laquelle nous comprenons finalement que tout est incompréhensible. "

" Le barbare, c'est d'abord l'homme qui croit à la barbarie. "

Race et histoire, Ed. Folio

" Chaque progrès donne un nouvel espoir, suspendu à la solution d'une nouvelle difficulté. Le dossier n'est jamais clos. "

" Le savant n'est pas l'homme qui fournit de vraies réponses ; c'est celui qui pose les vraies questions. "

" Le monde a commencé sans l'homme et s'achèvera sans lui. "

" Les « sciences humaines » ne sont des sciences que par une flatteuse imposture. Elles se heurtent à une limite infranchissable, car les réalités qu'elles aspirent à connaître sont du même ordre de complexité que les moyens intellectuels qu'elles mettent en oeuvre. "

Les Grands entretiens du Monde, mai 1994

" Plus le savoir progresse, plus il comprend pourquoi il ne peut aboutir. "

Les Grands entretiens du Monde, mai 1994

" La seule satisfaction, peut-être, que nous pouvons trouver dans l'existence est d'avoir le sentiment que nous parvenons à comprendre des phénomènes qui, auparavant, nous demeuraient inintelligibles. "

Les Grands entretiens du Monde, mai 1994