Albert Schweitzer (14 janvier 1875 – 4 septembre 1965) est un médecin, pasteur et théologien protestant, philosophe et musicien alsacien, prix Nobel de la Paix en 1952, récompensant ainsi l'oeuvre d'une vie. On voit parfois en lui un précurseur de l'action humanitaire, de l'écologie et du mouvement antinucléaire. Pour aller plus loin : Association Française des Amis d'Albert Schweitzer
  • Que chacun s'efforce, dans le milieu où il se trouve, de témoigner à l'autre une véritable humanité. L'avenir du monde dépende de cela.
  • Il y a deux moyens d'oublier les tracas de la vie : la musique et les chats.
  • La seule possibilité de donner un sens à son existence, c'est d'élever sa relation naturelle avec le monde à la hauteur d'une relation spirituelle.
  • Le succès n’est pas la clé du bonheur. Le bonheur est la clé du succès. Si vous aimez ce que vous faites, vous réussirez.
  • Occupés par leur désir d'atteindre la lune, les hommes ont échoués à voir les fleurs qui s'épanouissent à leurs pieds.
  • Lorsqu'on me demande si je suis pessimiste ou optimiste, je réponds qu'en moi la connaissance est pessimiste, mais le vouloir et l'espoir sont optimistes.
  • La vérité n'a pas d'heure, elle est de tous les temps, précisément lorsqu'elle nous paraît inopportune.
  • Parfois notre lumière s'éteint, puis elle est rallumée par un autre être humain. Chacun de nous doit de sincères remerciements à ceux qui ont ravivé leur flamme.
  • En dépit de tout, je garde la conviction que l'amour, la paix, la douceur et la bonté sont la force qui est au-dessus de tout pouvoir.
  • S'unir à l'essence universelle, se fondre en Dieu, c'est aboutir à une détermination passive de l'existence humaine, c'est se perdre dans l'océan de l'infini.
  • La gratitude est le secret de la vie. L'essentiel est de remercier pour tout. Celui qui a appris cela sait ce que vivre signifie. Il a pénétré le profond mystère de la vie.
  • La seule chose importante, quand nous partirons, ce sera les traces d'amour que nous aurons laissées.