• Le vrai désespoir ne naît pas devant une adversité obstinée, ni dans l'épuisement d'une lutte inégale. Il vient de ce qu'on ne connaît plus ses raisons de lutter et si, justement, il faut lutter.
    Actuelles (avant-propos)
  • L'habitude du désespoir est plus terrible que le désespoir lui-même.
    La Peste, éd. Gallimard
  • L'instant du désespoir est unique, pur, sûr de lui-même, sans pitié dans ses conséquences, son pouvoir est sans merci.
  • Le désespoir n'a pas de cœur.
    Le verbe Être (1932)
  • Aux heures de désespoir, il faut apprendre à voir avec d'autres yeux.
  • L'homme est désespéré de faire partie d'un monde infini, où il compte pour zéro.
  • L'homme de cœur est celui qui se fie jusqu'au bout de l'espérance. Désespérer, c'est lâcheté.
  • La mort accumule le désespoir, mais c'est peut-être le désespoir qui fait désirer la mort.
    La Terre et les Rêveries de la volonté, éd. José Corti
  • La plupart des hommes mènent une vie de désespoir silencieux. Ce qu'on appelle résignation n'est autre chose que du désespoir confirmé.
  • Quand on est arrivé au bout de son espérance, quand on ne peut plus dire : Que puis-je espérer ?… à quoi bon lutter pour avoir la santé, l'argent, le pouvoir, puisqu'ils n'apportent pas le bonheur ?
    La petite infante de Castille : historiette (1929)
  • Il y a une étrange satisfaction à toucher le fond du désespoir ; l'excès du malheur procure une espèce de sécurité, havre de grâce pour l'âme naufragée qui n'ose plus croire.
  • Le désespoir est le seul péché impardonnable.
    Mademoiselle de Panama (1942)
  • Il n'y a jamais de situation désespérée. Il n'y a que des situations où les imbéciles se laissent aller au désespoir.
    La Neige brûle
  • [...] il suffit d'être désespéré et on est prêt à croire n'importe quoi...
    Clair de femme, éd. Gallimard
  • C'est quand on n'a plus d'espoir qu'il ne faut désespérer de rien.

Thèmes connexes