Citations de Charles Baudelaire

Charles Baudelaire
Charles Baudelaire ( - ) est l'un des poètes les plus célèbres du XIXe siècle. A travers sa poésie, il désirait libérer l'esthétique de toute considération morale ou éthique.

" Je peux à peine concevoir un type de beauté dans lequel il n'y aurait pas la mélancolie. "

" Si le vin disparaissait de la production humaine, il se ferait dans la santé et dans l'intelligence un vide, une absence plus affreuse que tous les excès dont certains le rendent coupable. "

Vin

" Plonger au fond du gouffre, Enfer ou Ciel, qu'importe ? Au fond de l'Inconnu pour trouver du nouveau ! "

" Toute révolution a pour corollaire le massacre des innocents. "

" Aucun poème ne sera si grand, si noble, si véritablement digne du nom de poème, que celui qui aura été écrit uniquement pour le plaisir d'écrire un poème. "

" Parce que le beau est toujours étonnant, il serait absurde de supposer que ce qui est étonnant est toujours beau. "

" Le cri du sentiment est toujours absurde ; mais il est sublime, parce qu'il est absurde. "

" Dieu est le seul être, pour régner, n'ait même pas besoin d'exister. "

" Le ridicule est plus tranchant que le fer de la guillotine. "

" Le mal se fait sans effort, naturellement, par fatalité ; le bien est toujours le produit d'un art. "

Curiosités esthétiques

Mal

" On n'est jamais excusable d'être méchant, mais il y a quelque mérite à savoir qu'on l'est. Et le plus irréparable des vices est de faire le mal par bêtise. "

" La lutte ou la révolte impliquent toujours une certaine quantité d'espérance, tandis que le désespoir est muet. "

" Tuer ce monstre le temps, n'est-ce pas l'occupation la plus ordinaire et la plus légitime de chacun ? "

Le spleen de Paris

" Le vin est semblable à l'homme : on ne saura jamais jusqu'à quel point on peut l'estimer et le mépriser, l'aimer et le haïr, ni de combien d'actions sublimes ou de forfaits monstrueux il est capable. "

Vin

" Une suite de petites volontés fait un gros résultat. "

" Les rêves soulagent un moment la bête dévorante qui s'agite en nous. "