Charles Baudelaire ( - ) est l'un des poètes français les plus célèbres du XIXe siècle. À travers sa poésie, il désirait libérer l'esthétique de toute considération morale ou éthique.
  • Genre : Homme
  • Nationalité : Français
  • Profession, récompense : Poète
  • Date de naissance : 9 avril 1821
  • Date de décès : 31 août 1867
  • La nature, en cuisine comme en amour, nous donne rarement le goût de ce qui nous est mauvais.
  • Pas de restaurants. Moyens de se consoler : lire des livres de cuisine.
  • Le ciel ! Couvercle noir de la grande marmite où bout l'imperceptible et vaste humanité.
  • Un port est un séjour charmant pour une âme fatiguée des luttes de la vie. L'ampleur du ciel, l'architecture mobile des nuages, les colorations changeantes de la mer, le scintillement des phares, sont un prisme merveilleusement propre à amuser les yeux sans laisser les lasser. Les formes élancées des navires, au gréement compliqué, auxquels la houle imprime des oscillations harmonieuses, servent à entretenir dans l'âme le goût du rythme et de la beauté.
    Le Port
  • Tout journal, de la première ligne à la dernière, n'est qu'un tissu d'horreurs. Guerres, crimes, vols, impudicité, tortures, crimes de princes, crimes de nations, crimes des particuliers, une ivresse d'atrocité universelle.
  • La plus belle des ruses du Diable est de vous persuader qu'il n'existe pas !
    Petits Poèmes en prose
  • Tout bien vérifié, travailler est moins ennuyeux que s'amuser.
  • Tout homme bien portant peut se passer de manger pendant deux jours, de poésie, jamais.
  • La passion frénétique de l'art est un chancre qui dévore le reste.
    L'Art romantique
  • Ce qu'il y a d'enivrant dans le mauvais goût, c'est le plaisir aristocratique de déplaire.
    Fusées
  • La modernité, c'est le transitoire, le fugitif, le contingent, la moitié de l'art, dont l'autre moitié est l'éternel et l'immuable.
    Le peintre de la vie moderne
  • Le beau est fait d'un élément éternel, invariable, dont la quantité est excessivement difficile à déterminer, et d'un élément relatif, circonstanciel, qui sera, si l'on veut, tour à tour ou tout ensemble, l'époque, la mode, la morale, la passion. Sans ce second élément qui est comme l'enveloppe amusante, titillante, apéritive, du divin gâteau, le premier élément serait indigestible, inappréciable, non adapté et non approprié à la nature humaine.
    Le peintre de la vie moderne
  • Ce qu'il y a d'ennuyeux dans l'amour, c'est que c'est un crime où l'on ne peut pas se passer d'un complice.
    Mon coeur mis à nu
  • À chaque minute nous sommes écrasés par l'idée et la sensation du temps. Et il n'y a que deux moyens pour échapper à ce cauchemar : le plaisir et le travail. Le plaisir nous use. Le travail nous fortifie. Choisissons.
  • La fidélité est un vice de pauvre.
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • »