Charles Baudelaire ( - ) est l'un des poètes français les plus célèbres du XIXe siècle. À travers sa poésie, il désirait libérer l'esthétique de toute considération morale ou éthique.
  • Genre : Homme
  • Nationalité : Français
  • Profession, récompense : Poète
  • Date de naissance : 9 avril 1821
  • Date de décès : 31 août 1867
  • Le beau est fait d'un élément éternel, invariable, dont la quantité est excessivement difficile à déterminer, et d'un élément relatif, circonstanciel, qui sera, si l'on veut, tour à tour ou tout ensemble, l'époque, la mode, la morale, la passion. Sans ce second élément qui est comme l'enveloppe amusante, titillante, apéritive, du divin gâteau, le premier élément serait indigestible, inappréciable, non adapté et non approprié à la nature humaine.
    Le peintre de la vie moderne
  • Ce qu'il y a d'ennuyeux dans l'amour, c'est que c'est un crime où l'on ne peut pas se passer d'un complice.
    Mon coeur mis à nu
  • À chaque minute nous sommes écrasés par l'idée et la sensation du temps. Et il n'y a que deux moyens pour échapper à ce cauchemar : le plaisir et le travail. Le plaisir nous use. Le travail nous fortifie. Choisissons.
  • La fidélité est un vice de pauvre.
  • Que ton sein m'était doux !
    Les Fleurs du mal
  • Quand, les deux yeux fermés, en un chaud soir d'automne, Je respire l'odeur de ton sein chaleureux, Je vois se dérouler des rivages heureux, Qu'éblouissent les feux d'un soleil monotone.
    Les Fleurs du mal
  • Là, tout n'est qu'ordre et beauté, Luxe, calme et volupté.
    Les Fleurs du mal
  • Bien qu'on ait du cœur à l'ouvrage, L'Art est long et le Temps est court.
    Les Fleurs du mal
  • Rien n'égale en longueur les boiteuses journées, Quand sous les lourds flocons des neigeuses années, L'ennui, fruit de la morne incuriosité, Prend les proportions de l'immortalité.
    Les Fleurs du mal
  • Pour ne pas sentir l'horrible fardeau du temps qui brise vos épaules et vous penche vers la terre, il faut vous enivrer sans trêve. Mais de quoi ? De vin, de poésie ou de vertu, à votre guise. Mais enivrez-vous !
  • Et à quoi bon exécuter des projets, puisque le projet est en lui-même une jouissance suffisante ?
  • Ce que la bouche s'accoutume à dire, le cœur s'accoutume à le croire.
    Curiosités esthétiques
  • La fatalité jouit d'une certaine élasticité qui s'appelle liberté humaine.
    Journaux intimes
  • La poésie n'a pas d'autre but qu'elle-même.
    L'Art romantique
  • Tout amour fait toujours une mauvaise fin, d'autant plus mauvaise qu'il était plus divin.