Pascal Quignard, né le 23 avril 1948, est un écrivain français, lauréat, en 2000, du Grand prix du roman de l'Académie française pour Terrasse à Rome et du prix Goncourt 2002 pour Les Ombres errantes. Il est également l'auteur du roman Tous les matins du monde, adapté au cinéma par Alain Corneau. Crédit photo : Jean-Pierre Dalbéra.
  • Les instruments ne sont que des accessoires, seule la musique est une chose merveilleuse.
    Le salon du Wurtemberg, éd. Gallimard
  • J'ai écrit parce que c'était la seule façon de parler en se taisant.
    Le Nom sur le bout de la langue, éd. P.O.L
  • Il y a dans toute passion un point de rassasiement qui est effroyable.
    Vie secrète, éd. Gallimard
  • Passer de la passion à l'amour est une ordalie.
    Vie secrète, éd. Gallimard
  • Le silence est comme un chiffon humide : il ôte la poussière sans qu'il la fasse voler.
    Vie secrète, éd. Gallimard
  • La musique évoque l'adultère. Chaque adultère est une sonate merveilleuse car l'essentiel de l'audition est lié au guet qui naît dans le silence.
    Vie secrète, éd. Gallimard
  • Il y a une naissance en toute connaissance.
    Vie secrète, éd. Gallimard
  • [...] le fanatique est l'homme frappé par le coup de foudre.
    Vie secrète, éd. Gallimard
  • Désirer est un verbe incompréhensible. C'est ne pas voir. C'est chercher. C'est regretter l'absence, espérer, rêver, attendre.
    Vie secrète, éd. Gallimard
  • Il y a un désir de ne pas savoir. Il y a une extase de l'ignorance.
    Vie secrète, éd. Gallimard
  • Il ne faut pas croire à ce qu'on voit ; ça ressemble trop à ce qu'on espère.
    Vie secrète, éd. Gallimard
  • Qui ne tombe jamais hors de soi ne connaît pas l'amour. Or, qui tombe hors de soi connaît l'autre monde. Le coup de foudre fait tomber dans ce monde, par la densité d'une incarnation, un hors-monde. L'autre sexe est le contraire d'un fantasme. C'est un excès de réel.
    Vie secrète, éd. Gallimard
  • Tout homme qui interroge est une homme fidèle à un secret qu'il ignore.
    Vie secrète, éd. Gallimard
  • Lire. Aimer. Penser. Le plaisir de lire comme celui d'aimer viennent de l'expérience de la rencontre avec la pensée d'un autre hors de toute rivalité, et hors de tout dessein qui subordonnerait le fonctionnement de l'esprit. On partage la saisie de l'autre.
    Vie secrète, éd. Gallimard
  • Se taire, aimer, écrire, c'est un perpétuel triomphe en toute chose de l'adieu.
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • »