• Dieu a créé la mer et il l'a peinte en bleu pour qu'on soit bien, dessus.
    La longue route
  • Vent, Mer, Bateau et Voiles, un tout compact et diffus, sans commencement ni fin, partie de tout de l'univers, mon univers à moi, bien à moi.
    La longue route
  • Mer : N'a pas de fond. Image de l'infini. Donne de grandes pensées. Au bord de la mer il faut toujours avoir une longue-vue. Quand on la contemple, toujours dire : « Que d'eau ! Que d'eau ! ».
    Dictionnaire des idées reçues
  • La mer comme la peinture est une société secrète qui n'annonce jamais ses couleurs.
    Varengeville
  • Car il n'est rien de mystérieux pour un marin en dehors de la mer elle-même, qui est maîtresse de son existence et aussi impénétrable que la Destinée.
    Au cœur des ténèbres
  • La mer ! Il semble que ce mot en lui-même ait quelque chose d'immense, avec je ne sais quelle tranquillité de néant.
    La Mer
  • Si vous voulez aller sur la mer, sans aucun risque de chavirer, alors, n'achetez pas un bateau : achetez une île !
    Fanny
  • Et puis la mer… On a le sentiment d'être sur une frontière entre l'univers et le monde humain.
    Les yeux ouverts, entretiens avec Matthieu Galey, 1980
  • Le spectacle de la mer fait toujours une impression profonde : elle est l'image de cet infini qui attire sans cesse la pensée, et dans lequel sans cesse elle va se perdre.
    Corinne ou l'Italie
  • La mer, c'est le cœur du monde. Vouloir visiter les océans, c'est aller se frotter aux couleurs de l'absolu.
    Ocean's Songs, Ed. le cherche midi
  • Prendre la mer, c'est tout sauf une fuite, c'est au contraire une discipline et une contrainte. Décider d'aller chevaucher les vagues, c'est une conquête, et pour conquérir, il faut partir.
    Ocean's Songs, Ed. le cherche midi
  • On ne s'impose pas sur la mer, on passe simplement sur la pointe des pieds, un peu comme dans la vie.
  • La mer, c'est la partie de la Terre que je préfère.
  • Naviguer, c'est frôler sans cesse le corps onctueux d'une déesse qui, alors, est interminable. La mer lamée de mauve, c'est sa peau où la coque s'introduit. C'est d'un érotisme subtil, onirique, étrange et secret.
    Le monde comme il me parle, éd. le cherche midi
  • Quand je regarde la mer, je me promène dans le temps du monde.

Thèmes connexes