• « L'étranger », il est comme tout le monde, c'est-à-dire qu'il n'est pas pire, pas meilleur non plus, mais seulement plus désolé.
    Confessions, Ed. Albin Michel
  • On se fait toujours des idées exagérées de ce qu'on ne connaît pas.
    L'étranger
  • Vivre, c'est essentiellement dépouiller, blesser, violenter le faible et l'étranger, l'opprimer, lui imposer durement ses formes propres, l'assimiler ou tout au moins [...] l'exploiter.
    Par-delà bien et mal
  • J'ai toujours adoré ce qui m'est étranger. J'aime ce qui me stimule, me heurte, m'étonne.