Citations de Françoise Giroud

Françoise Giroud ( - ) est une journaliste, écrivaine et femme politique française.

" On ne donne pas la vie. On la transmet. "

" Je suis une femme libre. J'ai été, donc je sais être, une femme heureuse... Cela est dit sans orgueil, mais avec gratitude à l'égard de ceux qui m'ont aidée à me construire ainsi. Car, pour la liberté, j'avais des aptitudes mais peu de dons pour le bonheur. "

" Je ne crois pas à l'importance de ce que je fais, mais je crois important de savoir ce que je fais. "

" Les échecs ne sont pas le champ de l'intelligence, du talent, de l'imagination, mais tout bêtement celui de la pure logique mathématique. "

" A travailler on s'ennuie moins qu'à s'amuser. "

" Les cimetières sont plein de gens irremplaçables et qu'on n'a pas remplacés. "

" Souvent, ceux qui sont au pouvoir se croient invulnérables. "

" Ce n'est pas la peine d'avoir du talent à la cinquième ligne si le lecteur ne dépasse pas la troisième. "

" Garçon ou fille, homme ou femme, il n'y a que des individus fiables ou non. "

" On voit le monde tel qu'on l'éclaire. "

" [...] la sensualité est une dimension de l'amour que l'on ne peut, pas plus que la mort, circonscrire avec des mots mais qui est une composante essentielle du bonheur d'être. "

Les hommes et les femmes, entretien avec Bernard-Henri Lévy - Ed. Olivier Orban

" Un couple, ce n'est pas un homme plus une femme, c'est une troisième personne qu'ils forment ensemble. "

Les hommes et les femmes, entretien avec Bernard-Henri Lévy - Ed. Olivier Orban

" L'homme est un animal social. Quand il ne rencontre personne, il ne peut pas devenir lui-même. Il suffoque dans la solitude, fût-ce la solitude à deux. "

Les hommes et les femmes, entretien avec Bernard-Henri Lévy - Ed. Olivier Orban

" C'est un plaisir pour une femme que de jouer le jeu de la séduction à travers ses vêtements. L'une des tristesses de vieillir, c'est de ne plus s'habiller que pour se couvrir. "

Les hommes et les femmes, entretien avec Bernard-Henri Lévy - Ed. Olivier Orban

" Être absorbée par un homme au corps intelligent et à l'esprit obtus, fût-ce pendant deux mois, c'est la punition suprême. "

" Libre, c'est le mot que l'on emploie pour les hommes. Des femmes en rupture de mariage ou de liaison, on dit qu'elles sont seules. "