• Ce qui rend fausses beaucoup de théories économiques, c'est qu'elles sont fondées sur l'hypothèse que l'homme est raisonnable.
    Propos de O.L. Barenton, confiseur, éd. du Tambourinaire
  • Tout l'art de rendre une nation heureuse et florissante consiste à donner à chacun la possibilité d'être employé. Pour y parvenir, le premier souci d'un gouvernement doit être de favoriser tous les genres de manufactures, d'arts et de métiers, que l'homme peut inventer ; le second d'encourager l'agriculture et la pêche afin que la nature toute entière soit, comme l'homme, mise à contribution. Car c'est par cette politique et non par une futile réglementation de la prodigalité et de l'économie qu'on peut accroître la grandeur et le bonheur des nations.
    La fable des abeilles
  • L'inflation, impôt pour les pauvres, prime pour les riches.
  • Un peuple est pacifique aussi longtemps qu'il se croit assez riche et redouté pour installer sournoisement sa dictature économique.
  • À mesure que l'humanité se perfectionne, l'homme se dégrade; quand tout ne sera qu'une combinaison économique d'intérêts bien contrebalancés, à quoi servira la vertu ? Quand la nature sera tellement esclave qu'elle aura perdu ses formes originales, où sera la plastique ?
    Lettre à Louise Colet, 8 octobre 1852
  • Les économistes sont présentement au volant de notre société, alors qu'ils devraient être sur la banquette arrière.
  • L'économiste doit être mathématicien, historien, politicien et philosophe. Il doit aborder simultanément l'abstraction et la réalité et étudier le présent à la lumière du passé en vue de l'avenir sans qu'aucun aspect de la nature des institutions ne lui échappe.
    Théorie générale de l'emploi, de l'intérêt et de la monnaie
  • L'économie traite des marchandises plutôt que du comportement des hommes.
  • L'inflation est une maladie dangereuse et parfois fatale.
    La Liberté du choix, éd. Belfond
  • La concurrence du marché, quand on la laisse fonctionner, protège le consommateur mieux que tous les mécanismes gouvernementaux venus successivement se superposer au marché.
    La Liberté du choix, éd. Belfond
  • Le profit de l'un est le dommage de l'autre.
  • L'économie est le miroir de ce que nous sommes. Si tout le monde veut régler des problèmes plutôt que d'accumuler de l'argent, alors le monde adoptera le business social.
  • Ne pouvant produire sans épuiser, détruire et polluer, le modèle dominant contient en fait les germes de sa propre destruction et nécessité d'urgence des alternatives fondées sur la dynamique du Vivant.
  • À la terre comme lieu de vie succède la terre comme gisement des ressources minérales, végétales et animales, à piller sans modération, tandis que le contexte naturel, à savoir l'écosystème planétaire tout entier, nous inviterait plutôt à une régulation de nos besoins, à une économie véritable mise au service de l'humain, dans le respect du vivant.
    Vers la sobriété heureuse
  • Les limites qu'imposent - par sa constitution même - la planète Terre rendent irréalistes et absurde le principe de croissance économique infinie.
    Vers la sobriété heureuse

Thèmes connexes