• La guerre, c'est toujours un ultime recours, c'est toujours un constat d'échec, c'est toujours la pire des solutions, parce qu'elle amène la mort et la misère.
  • Oui, la folie criminelle de l'occupant a été secondée par des Français, par l'Etat français (...) Patrie des Lumières et des droits de l'Homme, terre d'accueil et d'asile, la France, ce jour-là, accomplissait l'irréparable. Manquant à sa parole, elle livrait ses protégés à leurs bourreaux.
    A propos de la Rafle du Vel d'Hiv', 16 juillet 1995
  • La guerre seule, permet à un peuple de surmonter ses contradictions morales, économiques et sociales.
    Le Discours de la guerre, éd. Bernard Grasset
  • Le champ de bataille ne fait que révéler à l'homme sa folie et son désespoir, et la victoire n'est jamais que l'illusion des philosophes et des sots.
    Le Bruit et la Fureur, éd. Gallimard
  • Ce sont toujours les hommes en troupeau qui gagnent les batailles, et les hommes libres qui gagnent la guerre.
    Lune Noire (1942)
  • La guerre est un symptôme de l'échec de l'homme en tant qu'animal pensant.
  • La guerre n'a pas de sens pour les enfants. D'abord ils ont peur, puis ils s'habituent. C'est quand ils s'habituent que ça devient inhumain.
    Ourania, éd. Gallimard
  • L'homme a inventé la guerre ; la femme a inventé la résistance.
    L'Attentat, éd. Julliard
  • Tout l'art de la guerre repose sur la duperie.
    L'Art de la guerre
  • Un état de guerre incessant finit par engendrer ses propres conditions sociales, qui ont toujours été semblables à toutes les époques. Les gens se mettent en état d'alerte permanent afin de parer les attaques. Les autocrates exercent au grand jour leur pouvoir absolu. Tout ce qui est nouveau devient un dangereux territoire frontalier : planètes nouvelles, nouveaux secteurs économiques à exploiter, idées ou inventions nouvelles, visiteurs étrangers… tout prend un air suspect. Le féodalisme s'implante fermement, parfois déguisé en politburo – ou son équivalent – mais toujours présent. La succession héréditaire suit les lignes du pouvoir. Le sang des dirigeants domine. Les vice-régents du ciel ou leurs homologues partagent le gâteau. Ils savent qu'il doivent contrôler l'héritage ou blien laisser le pouvoir s'émietter lentement.
    L'Empereur-Dieu de Dune, éd. Robert Laffont
  • Si nous pouvions regarder dans les yeux des victimes de la guerre et évoquer leur histoire personnelle, nous verrions la guerre pour ce qu'elle est : une immense tragédie, un massacre inutile, qui porte atteinte à la dignité de chaque personne sur cette terre.
  • L'extrémisme, le radicalisme, le terrorisme et toute autre incitation à la haine, à l'hostilité, à la violence et à la guerre n'ont rien à voir avec l'esprit religieux authentique et doivent être rejetés dans les termes les plus forts possibles.
  • Nous ne devons pas nous habituer à la guerre, à n'importe quelle guerre. Nous ne devons pas laisser nos cœurs et nos esprits s'anesthésier devant la répétition de ces graves horreurs contre Dieu et contre l'homme.
  • Au fil des siècles, la guerre a évolué grâce à l'intelligence humaine mais l'intelligence humaine n'a pas évolué grâce à la guerre.
  • La guerre n'est qu'une lâche fuite face aux problèmes de la paix.