• Une proposition incorrecte est forcément fausse, mais une proposition correcte n'est pas forcément vraie.
  • Rien ne peut suffire à celui qui considère comme étant peu de chose ce qui est suffisant.
  • Il ne suffit pas d'être inutile, encore faut-il être odieux !
    Pensées, répliques et anecdotes, éd. Le Cherche midi
  • Je n'aimerais guère vivre dans la Lune. Ça m'embêterait de changer de quartier, tous les neuf jours.
  • L'infini n'est autre que le va-et-vient entre ce qui s'offre et ce qui se cherche.
  • Car enfin ce lit, ce mot de trois lettres, on y naît, on y meurt, on y sème, on y accouche et dans certains couples, on s'y traîne ou l'on s'y jette, on en tombe, ou on s'en échappe, on y rit ou on y pleure, on y souffre ou on y jouit.
  • Le sérieux, ce symptôme évident d'une mauvaise digestion.
  • Il faut avoir un chaos en soi pour accoucher d'une étoile qui danse.
    Ainsi parlait Zarathoustra
  • Une belle femme a tout de même quelque chose de commun avec la vérité : toutes deux donnent plus de bonheur lorsqu'on les désire que lorsqu'on les possède.
  • Celui qui lutte contre les monstres doit veiller à ne pas le devenir lui-même. Or quand ton regard pénètre longtemps au fond d'un abîme, l'abîme lui aussi pénètre en toi.
  • Le noir est le refuge de la couleur.
  • La beauté n'a pas de sens jusqu'à ce qu'elle soit partagée.
    Journées birmanes
  • Le mystérieux se confond avec l'obscurité.
    Le Jour et la Nuit, cahiers Georges Braque 1917-1952, éd. Gallimard
  • Définir une chose c'est substituer la définition à la chose.
    Le Jour et la Nuit, cahiers Georges Braque 1917-1952, éd. Gallimard
  • Le réformateur pense toujours juste au sujet de ce qui est erroné. Il pense généralement mal au sujet de ce qui est vrai.
    The Illustrated London News