Françoise Sagan, de son vrai nom Françoise Quoirez, ( - ), est une écrivaine française. Pour en savoir plus, découvrez le site qui lui est consacré : francoisesagan.fr
  • Genre : Femme
  • Nationalité : Français
  • Profession, récompense : Écrivaine
  • Date de naissance : 21 juin 1935
  • Date de décès : 24 septembre 2004
  • Il m'arrive de trouver que la vie est une horrible plaisanterie. Si l'on est tant soi peu sensible, on est écorché partout et tout le temps.
    Je ne renie rien - Entretiens 1954-1992
  • Dans l'ordre des souvenirs, l'amour de la littérature a une grande supériorité sur l'amour tout court, l'amour humain. La littérature offre à notre mémoire des coups de foudre autrement fracassants, précis et définitifs.
  • Car enfin ce lit, ce mot de trois lettres, on y naît, on y meurt, on y sème, on y accouche et dans certains couples, on s'y traîne ou l'on s'y jette, on en tombe, ou on s'en échappe, on y rit ou on y pleure, on y souffre ou on y jouit.
  • On a aussi peu de liberté maintenant qu'il y a vingt ans : faire l'amour était alors interdit aux jeunes filles ; maintenant c'est presque devenu obligatoire. Les tabous sont les mêmes.
    Entretien dans le magazine Lire n°42, février 1979
  • Souvenir, souvenir d'un temps passé, perdu ou pas, heureux ou pas, souvenir d'un temps d'amour ou de vengeance, d'un temps comblé ou d'un temps misérable, mais avant tout, souvenir d'un temps passé.
  • Les mots « faire l'amour » ont une séduction à eux, très verbale, en les séparant de leur sens. Ce terme de faire, matériel et positif, uni à cette abstraction poétique du mot amour, m'enchantait.
    Bonjour tristesse, éd. Julliard
  • En général, ce qu'on appelle l'amour, c'est un sentiment égoïste, démesuré, l'envie de posséder complètement. Mais c'est autre chose, c'est aussi la tendresse constante, la douceur, le manque.
  • Aimer quelqu'un, c'est aussi aimer le bonheur de quelqu'un.
  • Le temps de lire est toujours du temps volé. C'est sans doute la raison pour laquelle le métro se trouve être la plus grande bibliothèque du monde.
  • On s'habitue aux défauts des autres quand on ne croit pas de son devoir de les corriger.
    Bonjour tristesse, éd. Julliard
  • L'insouciance est le seul sentiment qui puisse inspirer notre vie et ne pas disposer d'arguments pour se défendre.
    Bonjour tristesse, éd. Julliard
  • [...] il n'est pas utile d'être d'accord pour prendre une décision.
    Le miroir égaré
  • Un jour, j'aimerais quelqu'un passionnément et je chercherais un chemin vers lui, ainsi, avec précaution, avec douceur, la main tremblante…
    Bonjour tristesse, éd. Julliard
  • Une femme, si intelligente soit-elle, voit dans le désir de son partenaire la preuve qu'il n'a pas d'autres tentations : le désir inclut à leurs yeux l'exclusivité.
    Le miroir égaré
  • Écrire est la seule vérification que j'aie de moi-même.
  • 1
  • 2
  • 3
  • »