George Orwell ( - ) est un écrivain anglais dont l'oeuvre la plus connue est certainement 1984.
  • Genre : Homme
  • Nationalité : Britannique
  • Profession, récompense : Écrivain
  • Date de naissance : 25 juin 1903
  • Date de décès : 21 janvier 1950
  • Dans notre monde, il n'y aura pas d'autres émotions que la crainte, la rage et l'humiliation. Il n'y aura ni art, ni littérature. Il n'y aura ni curiosité ni joie de vivre.
    1984
  • Le langage politique est fait pour que les mensonges paraissent vrais et les meurtres respectables.
  • Tous les animaux sont égaux mais certains sont plus égaux que d'autres.
    La Ferme des animaux
  • Lorsque quelqu'un n'a pas de points de repère extérieurs à quoi se référer, le tracé même de sa propre vie perd de sa netteté.
    1984
  • Les conséquences d'un acte sont incluses dans l'acte lui-même.
    1984
  • Vous ne possédez rien, en dehors des quelques centimètres cubes de votre crâne.
    1984
  • Les meilleurs livres sont ceux qui racontent ce que l'on sait déjà.
    1984
  • Dans ces temps de tromperies universelles dire la vérité devient un acte révolutionnaire.
  • La pire des choses que l'on puisse faire avec les mots est de s'abandonner à eux.
  • Chaque génération se croit plus intelligente que la précédente et plus sage que la suivante.
  • Celui qui a le contrôle du passé a le contrôle du futur. Celui qui a le contrôle du présent a le contrôle du passé.
    1984
  • La guerre contre un pays étranger ne se produit que lorsque l'élite pense qu'elle pourra en tirer profit.
  • La guerre est le plus puissant de tous les facteurs de transformation. Elle accélère tous les processus, elle efface les différences secondaires, elle est révélatrice de la réalité. Et en premier lieu, elle amène les individus à prendre conscience qu'ils ne sont pas entièrement des individus.
    The Collected Essays, Journalism and Letters of George Orwell
  • J'entends avant tout par nationalisme cette façon d'imaginer que les hommes peuvent être l'objet d'une classification semblable à celle des insectes, et que des millions ou des dizaines de millions d'entre eux peuvent ainsi être, en bloc et avec une parfaite assurance, étiquetés comme bons ou mauvais. […] Le nationalisme est indissociable de la soif de pouvoir. Le souci constant de tout nationaliste est d'acquérir plus de pouvoir et de prestige non pour lui-même mais pour la nation ou l'entité au profit de laquelle il a choisi de renoncer à son individualité propre.
    Notes sur le nationalisme
  • Mon point de départ est toujours un besoin de prendre parti, un sentiment d'injustice. Quand je m'installe pour écrire un livre, je ne me dis pas : Je vais créer une œuvre d'art. J'écris ce livre parce que je voudrais dénoncer un mensonge, je voudrais attirer l'attention sur un problème, et mon premier souci est de me faire entendre. Mais il me serait impossible de poursuivre la rédaction d'un livre, ou même simplement un long article, si cette tâche ne constituait pas aussi une expérience esthétique.
    Pourquoi j’écris