• Ma patrie, c'est la langue française.
  • J'ai compris que tout le malheur des hommes venait de ce qu'ils ne tenaient pas un langage clair. J'ai pris le parti alors de parler et d'agir clairement.
  • Qui n'a pas réfléchi sur le langage, n'a pas vraiment commencé à philosopher.
  • L'épithète doit être la maîtresse du substantif, jamais sa femme légitime.
    Notes sur la vie (1899)
  • La langue française est une femme. Et cette femme est si belle, si fière, si modeste, si hardie, si touchante, si voluptueuse, si chaste, si noble, si familière, si folle, si sage, qu'on l'aime de toute son âme, et qu'on n'est jamais tenté de lui être infidèle.
    Propos
  • Il y a trois sortes d'êtres au langage mystérieux : les plus aisés à comprendre sont les Fous, puis viennent les Polytechniciens, et enfin les Comptables.
    Propos de O.L. Barenton, confiseur, éd. du Tambourinaire
  • Manier savamment une langue, c'est pratiquer une espèce de sorcellerie évocatoire.
  • Qui dit homme dit langage, et qui dit langage dit société.
    Tristes tropiques, éd. Plon
  • C'est une langue bien difficile que le français. À peine écrit-on depuis quarante-cinq ans qu'on commence à s'en apercevoir.
  • Les langues évoluent dans le sens de la paresse.
    Au bonheur des ogres, éd. Gallimard
  • On n'habite pas un pays, on habite une langue. Une patrie, c'est cela et rien d'autre.
    Aveux et anathèmes
  • L'excès du langage est un procédé coutumier à celui qui veut faire diversion.
    L'abeille et l'architecte, éd. Flammarion
  • Le langage est-il l'expression adéquate de toutes les réalités ?
  • Le langage est aux postes de commande de l'imagination.
    La Terre et les rêveries de la volonté, éd. Corti
  • Le langage politique est destiné à rendre vraisemblables les mensonges, respectables les meurtres, et à donner l’apparence de la solidité à ce qui n’est que vent.
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • »