Desmond Mpilo Tutu, ( - 26 décembre 2021) est un archevêque anglican sud-africain, prix Nobel de la paix en 1984. Crédit photo : Kristen Opalinski
  • On me demande souvent ce que m'a appris mon existence agitée. Je réponds sans hésiter : les gens sont merveilleux. C'est vrai. Les gens sont réellement merveilleux.
  • Lorsqu'on regarde l'injustice en face et qu'on agit, la souffrance s'apaise au lieu de croître, parce qu'on surmonte le sentiment de culpabilité et le désespoir rongeur, envenimé par l'inertie. On nettoie la plaie - la sienne et celle d'autrui - qui peut enfin guérir.
  • Tout le monde connaît la peur, mais quand on l'affronte, quand on admet qu'elle est là, il est possible de la transformer en courage. Le courage, ce n'est pas ne jamais avoir peur, mais faire son devoir même quand on a peur.
  • L'être humain peut accepter la souffrance, pas le fait qu'elle n'ait aucun sens.
  • Aux heures de désespoir, il faut apprendre à voir avec d'autres yeux.
  • L'arrogance émane du manque d'assurance. Au bout du compte, l'impression de valoir mieux que d'autres n'est que le revers de l'impression de valoir moins.
  • On a tendance à mépriser le faible, le pauvre, le chômeur, le perdant, parce que le succès et le pouvoir sont devenus les dieux sur l'autel desquels on brûle l'encens et devant lesquels on plie le genou. On a tendance à rougir de l'empathie et de la compassion, parce que ce sont des émotions déplacées dans le monde dur, insensible des affaires.
  • Nous ne pouvons être humains qu'ensemble.
  • Chacun a droit à une communauté stable, et la première communauté, c'est la famille.
  • On est un être humain à travers d'autres êtres humains.
  • Nous sommes capables d'aimer autrui, avec ses faiblesses, lorsque nous cessons de nous détester, pour nos faiblesses.
  • Rester neutre face à l'injustice, c'est avoir choisi son camp, soutenir le statu quo.
  • On ne devrait juger autrui qu'avec générosité, parce qu'on ne sait jamais tout ce qu'il y a à en savoir.
  • Celui qui pardonne prend un nouveau départ... et par la grâce de son pardon, l'autre se redresse dignement pour prendre lui aussi un nouveau départ... En pardonnant, on montre qu'on croit à l'avenir d'une relation et à la capacité de changement de celui qui a fait un faux pas.
  • La paix implique forcément la vertu, la justice, la salubrité, la plénitude, la participation aux décisions, la bonté, le rire, la joie, la compassion, le partage et la réconciliation.
  • «
  • 1
  • 2
  • 3
  • »

Auteurs similaires