• Présenter la télévision comme un prolongement des moyens d'information d'autrefois est lui faire beaucoup trop d'honneur. Elle ne succède nullement aux journaux ou aux revues qui décrivaient les faits et proposaient une réflexion à leur propos. Elle a plutôt pris la place des bonimenteurs qui jadis, sur les boulevards, vendaient des poudres miraculeuses, et celle des camelots qui distribuaient des chansons illustrées paraphrasant l'actualité.
    Mon utopie, éd. Stock
  • Rien de plus mystérieux qu'un téléviseur qui marche dans une pièce vide : on dirait qu'une autre planète vous parle. On l'imagine très bien fonctionnant encore après la disparition de l'homme.
    Amérique, éd. Grasset
  • Il y a le visible et l'invisible. Si vous ne filmez que le visible, c'est un téléfilm que vous faites.
  • Quand on va au cinéma, on lève la tête. Quand on regarde la télévision, on la baisse.
  • Je crois que l'homme sera, littéralement, noyé, dans l'information. Sur son corps. Sur sa santé. Sur sa vie familiale. Sur son salaire. Sur son loisir. C'est pas loin du cauchemar. Il n'y aura plus personne pour lire. Ils verront de la télévision. Où sera-t-on…
    Les 7 chocs de l'an 2000, le 25 septembre 1985
  • [...] La responsabilité de la télévision est énorme, non pas, certes, en tant que moyen technique, mais en tant qu’instrument de pouvoir et pouvoir elle-même. Car elle n'est pas seulement un lieu à travers lequel circulent les messages, mais aussi un centre d'élaboration de messages. Elle constitue le lieu où se concrétise une mentalité qui, sans elle, ne saurait où se loger. C'est à travers l'esprit de la télévision que se manifeste concrètement l'esprit du nouveau pouvoir. Nul doute (les résultats le prouvent) que la télévision soit autoritaire et répressive comme jamais aucun moyen d'information au monde ne l'a été.
    Corriere della Sera, 9 décembre 1973
  • La télévision vous ouvre au vaste monde et vous fait oublier votre confinement dans quelques mètres carrés. Certains instruments de communication semblent servir plus à connecter les solitudes qu'à créer du véritable lien social.
    La Puissance de la modération, éd. Hozhoni
  • [...] la télé ne donne pas la vision juste d'un monde catastrophique, mais juste une vision catastrophique du monde.
    Je te promets la liberté, éd. Calmann-Lévy
  • Je hais la télévision. Je la hais autant que les cacahuètes. Mais je ne peux m'arrêter de manger des cacahuètes.
  • La télévision n'exige du spectateur qu'un acte de courage - mais il est surhumain, c'est de l'éteindre.
    La Tentation de l'innocence, éd. Grasset
  • La télévision a une sorte de monopole de fait sur la formation des cerveaux d'une partie très importante de la population. Or en mettant l'accent sur les faits divers, en remplissant ce temps rare par du vide, du rien ou de presque rien, on écarte les informations pertinentes que devrait posséder le citoyen pour exercer ses droits démocratiques.
    Sur la télévision, éd. Raisons d'agir
  • La télévision est la chose la plus diabolique de la planète. Précipite-toi à cet instant même sur ta télé et jette-la par la fenêtre, ou fourgue-la pour acheter une meilleure chaîne stéréo.
  • Parfois, je regarde la télé toute la journée, c'est chiant ! Mais quand je l'allume, c'est pire...
  • Si notre ère mérite un nom, il faut l'appeler l'ère de la prostitution. Les gens s'habituent au vocabulaire des prostituées. Après un débat télévisé : Ai-je été bien ? m'avez-vous trouvé bien ? Exactement le genre de question qu'une prostituée pose à son client…
    La grimace (1963)
  • Peut-être distinguera-t-on à la fin de ce siècle deux classes d'hommes, les uns formés par la télévision, les autres par la lecture.