Yasmina Khadra, de son vrai nom Mohammed Moulessehoul, est né le 10 janvier 1955. Écrivain algérien, ses œuvres les plus connues sont Les Hirondelles de Kaboul (2002), L'Attentat (2005), Les Sirènes de Bagdad (2006), Ce que le jour doit à la nuit (2008), La Dernière Nuit du Raïs (2015)
  • Pour vivre heureux, il faut vivre sans rancune.
    Interview dans le Magazine littéraire, 23 septembre 2008
  • Si tu n'arrives pas à réaliser tes rêves, réjouis-toi d'y avoir cru. Si tu as perdu toutes tes batailles, dis-toi que la défaite a ses mérites aussi puisqu'elle est la preuve que tu t'es battu.
  • Qui rêve trop oublie de vivre.
    L’Attentat, éd. Julliard
  • Celui qui t'a dit qu'un homme ne doit pas pleurer ignore ce qu'un homme veut dire.
  • Il faut toujours regarder la mer. C'est un miroir qui ne sait pas nous mentir.
  • Il est des silences qu'il ne faut pas déranger. Pareils à l'eau dormante, ils apaisent notre âme.
  • La musique est le véritable souffle de la vie. On mange pour ne pas mourir de faim. On chante pour s'entendre vivre.
    Les hirondelles de Kaboul, éd. Julliard
  • Croire en quelque chose, c'est d'abord et surtout ne jamais y renoncer.
  • Aucun bonheur n'est entier s'il n'est pas partagé.
    Les anges meurent de nos blessures, éd. Julliard
  • La vraie liberté est de ne rien devoir à personne, et la vraie richesse, ne rien attendre des autres.
  • La musique est la preuve que nous sommes capables de continuer d'aimer malgré tout, de partager la même émotion, d'être nous-mêmes une émotion fabuleuse, saine, belle comme une rêverie jaillissant au coeur de la nuit.
    Les anges meurent de nos blessures, éd. Julliard
  • La pauvreté ne consiste pas à manquer d'argent, mais de repères.
  • Le seul moyen de lutte qui nous reste, pour refuser l'arbitraire et la barbarie, est de ne pas renoncer à notre éducation.
    Les hirondelles de Kaboul, éd. Julliard
  • Rêver, ce n'est pas attendre, mais chercher à atteindre son but contre vents et marées.
  • L'homme n'est que maladresse et méprise, erreur de calcul et fausse manœuvre, témérité inconsidérée et objet d'échec quand il croit avancer vers son destin en disqualifiant la femme... Certes, la femme n'est pas tout, mais tout repose sur elle...
    Ce que le Jour doit à la Nuit, éd. Julliard