René Barjavel (24 janvier 1911 - 24 novembre 1985) est un écrivain et journaliste français connu essentiellement pour ses romans de science-fiction.
  • Il n'y a pas d'autre mort que l'absence d'amour.
  • Si Dieu avait eu besoin d'être adoré, il n'eût créé que des chiens. Le chien est bien plus apte que l'homme à l'amour.
    La Faim du tigre, éd. Denoël
  • Un dé à coudre empli de tourbillons de rien : c'est l'humanité.
    La Faim du tigre, éd. Denoël
  • Tout être vivant normalement constitué n'est qu'un organe de reproduction.
    La Faim du tigre, éd. Denoël
  • Méfie-toi toujours des imbéciles, ils sont plus dangereux que les loups.
    Les Dames à la licorne, éd. Presses de la cité
  • Les hommes croient choisir leur femme : c'est toujours la femme qui harponne.
    Colomb de la lune
  • [...] chaque individu croit qu'il sera heureux demain, s'il est plus riche, plus considéré, plus aimé, s'il change de partenaire sexuel, de voiture, de cravate ou de soutien-gorge. Chacun, chacune attend de l'avenir des conditions meilleures, qui lui permettront, enfin, d'atteindre le bonheur. Cette conviction, cette attente, ou le combat que l'homme mène pour un bonheur futur, l'empêchent d'être heureux aujourd'hui. Le bonheur de demain n'existe pas. Le bonheur, c'est tout de suite ou jamais. Ce n'est pas organiser, enrichir, dorer, capitonner la vie, mais savoir la goûter à tout instant. Le bonheur de demain n'existe pas. Le bonheur, c'est tout de suite ou jamais. Ce n'est pas organiser, enrichir, dorer, capitonner la vie, mais savoir la goûter à tout instant. C'est la joie de vivre, quelles que soient l'organisation et les circonstances. [...] Si tu ne sais pas que tu es vivant, tout cela tourne autour de toi sans que tu y goûtes, la vie te traverse sans que tu retiennes rien des joies ininterrompues qu'elle t'offre.
    Si j'étais Dieu..., éd Garnier
  • Les hommes d'État vivent au jour le jour, tous les événements les surprennent, et les problèmes qu'ils s'efforcent de résoudre sont ceux de la veille ou de l'avant-veille, qu'ils n'ont d'ailleurs pas encore compris.
    Une rose au paradis
  • Nous savons au moins déjà une chose, c'est que l'être humain est merveilleux, mais que les êtres humains sont pitoyables.
  • Les douces courbes innombrables qui font d'un corps de femme, pour l'homme qui en est amoureux, un paysage qu'il n'en finit pas de découvrir et que chaque mouvement rend nouveau comme au jour de la création.
    Le grand secret
  • Si j'étais Dieu, je recommencerais tout sauf... la femme.
  • Ce qui s'apprend sans peine ne vaut rien et ne demeure pas.
    L'Enchanteur, éd Denoël
  • Les amants inventent leur propre vocabulaire, mais il n'a de signification que pour eux.
    L'Enchanteur, éd Denoël
  • Seul le mot Dieu est assez indéfini pour ne pas tordre la direction de notre quête vers une impasse particulière.
  • Les hommes rêvent, se fabriquent des mondes idéaux et des dieux. Les femmes assurent la solidité et la continuité du réel.
    Une rose au paradis