• Les politiques sont, dans leur grande majorité, des voleurs d'espoir de pauvres. Ils font croire, aux plus déshérités, la possibilité de choses qui ne sont pas - et tout cela pour ramasser de quoi rouler dans des bagnoles avec chauffeur.
    Le monde comme il me parle, éd. le cherche midi
  • Il n'y a rien de si fâcheux que d'être le ministre d'un prince dont l'on n'est pas le favori.
    Mémoires
  • Toute la politique serait changée si le seul fait de promettre et de prédire était par tout le monde considéré comme insupportable et inconvenant.
  • La politique consiste dans la volonté de conquête et de conservation du pouvoir ; elle exige par conséquent une action de contrainte ou d'illusion sur les esprits... L'esprit politique finit toujours par être contraint de falsifier...
  • La politique, c'est l'art de faire croire aux gens qu'ils gouvernent eux-mêmes.
  • Il faut être infiniment sot ou infiniment ignorant pour oser avoir un avis sur la plupart des problèmes que la politique pose.
    Regards sur le monde actuel (1931)
  • La politique fut d'abord l'art d'empêcher les gens de se mêler de ce qui les regarde. À une époque suivante, on y adjoignit l'art de contraindre les gens à décider sur ce qu'ils n'entendent pas.
  • Le monde ne vaut que par les extrêmes et ne dure que par les moyens. Le monde ne vaut que par les ultras et ne dure que par les modérés.
    Tel quel, éd. Gallimard
  • La politique est l'art d'empêcher les gens de se mêler de ce qui les regarde.
    Tel quel, éd. Gallimard
  • Les politiciens sont à la politique ce que la confection est au sur mesure.
  • Géométrie politique : le carré de l'hypoténuse parlementaire est égal à la somme de l'imbécillité construite sur ses deux côtés extrêmes.
  • La politique est l'art de dire la même chose à deux personnes différentes de manière à leur faire croire que c'est différent.
  • La politique est la science de la liberté.
  • C'est donc à ceux qui gouvernent la cité [...] que revient la possibilité de mentir.
    La République
  • Il vaut mieux se faire aimer que se faire craindre.