Paul Valéry ( - ) est un écrivain, poète, philosophe et épistémologue français.
  • Il n'existe pas d'être capable d'aimer un autre être tel qu'il est. On demande des modifications, car on n'aime jamais qu'un fantôme. Ce qui est réel ne peut être désiré, car il est réel.
  • Il faut toujours regarder les livres par dessus l'épaule de l'auteur.
    Tel quel
  • Nos plus importantes pensées sont celles qui contredisent nos sentiments.
    Tel quel, éd. Gallimard
  • Les livres ont les mêmes ennemis que l'homme : le feu, l'humide, les bêtes, le temps et leur propre contenu.
    Tel quel, éd. Gallimard
  • Le réel ne peut s'exprimer que par l'absurde.
  • L'amertume vient presque toujours de ne pas recevoir un peu plus que ce que l'on donne. Le sentiment de ne pas faire une bonne affaire.
  • On se fait rarement rire seul parce qu'on se surprend difficilement soi-même.
  • C'est en copiant qu'on invente.
  • Ma réputation, n'est-ce pas le triste effort que je suis obligé de faire pour imiter l'image fausse que vous vous faites de moi ?
  • Un fait mal observé est plus pernicieux qu'un mauvais raisonnement.
  • Une religion fournit aux hommes, des mots, des actes, des gestes, des "pensées" pour les circonstances où ils ne savent que dire, que faire, qu'imaginer.
    Tel quel, éd. Gallimard
  • La mort est une surprise que fait l'inconcevable au concevable.
    Tel quel, éd. Gallimard
  • Méditer en philosophe, c'est revenir du familier à l'étrange et dans l'étrange affronter le réel.
    Tel quel, éd. Gallimard
  • Toute la politique serait changée si le seul fait de promettre et de prédire était par tout le monde considéré comme insupportable et inconvenant.
  • De ce qui occupe le plus, c'est de quoi l'on parle le moins. Ce qui est toujours dans l'esprit, n'est presque jamais sur les lèvres.
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • ...
  • 9
  • »