• Si un homme atteint le coeur de sa propre religion, il atteint également le coeur des autres religions.
  • La sainteté est le fait de l'individu solitaire et sans pouvoir temporel.
    Le Roi des Aulnes, éd. Gallimard
  • Notre religion n'a point eu de plus assuré fondement humain que le mépris de la vie.
  • L'homme est bien insensé. Il ne saurait forger un ciron et forge des dieux à douzaine.
  • La religion est moins un sujet de sanctification qu'un sujet de disputes qui appartient à tout le monde.
  • Les hommes sont extrêmement portés à espérer et à craindre, et une religion qui n'aurait ni enfer ni paradis ne saurait guère leur plaire.
  • Une superstition grossière abaisse l'esprit autant que la religion l'élève.
  • Une religion qui offrirait des récompenses sûres dans l'autre vie verrait disparaître ses dévots à milliers.
    Pensées
  • Il n'y a que la religion qui puisse faire supporter aux hommes les inégalités de rang, parce qu'elle console de tout.
  • Une société sans religion est un vaisseau sans boussole.
  • Une religion fournit aux hommes, des mots, des actes, des gestes, des "pensées" pour les circonstances où ils ne savent que dire, que faire, qu'imaginer.
    Tel quel, éd. Gallimard
  • On parle souvent du Nouveau Testament sans dire qui a hérité de l'Ancien.
  • Il ne peut pas y avoir de christianisme sans amour.
    Le Gant de crin, éd. Plon
  • La religion n'est plus l'opium du peuple, mais la vitamine du faible.
    Critique de la raison politique ou l'inconscient religieux
  • Les religions roulent éperdument sur des questions sexuelles.
    Des pas sur le sable..., éd. Mercure de France