Amélie Nothomb, née le 9 juillet 1966, est une romancière belge d'expression française. Depuis son premier roman, « Hygiène de l'assassin », en 1992, elle publie un livre par an. En 1999, elle remporte le Grand prix du roman de l'Académie française pour son roman « Stupeur et Tremblements ». En 2021, elle est lauréate du prix Renaudot pour « Premier sang » (éd. Albin Michel).  En savoir plus avec le site officiel de l'auteure.
  • [...] une fille dont on tombe amoureux devient aussitôt, qu'elle le veuille ou non, une actrice. Même et surtout si elle ne partage pas votre sentiment - et mille fois plus encore si elle n'est pas au courant de votre passion.
    Attentat, éd. Albin Michel
  • Il est frappant de constater combien la laideur est toujours la plus forte.
  • Tout le monde a un ennemi à l'intérieur de soi.
  • L'amoureux est un être complexe qui cherche aussi à rendre heureux.
  • Ce sont les petits esprits qui sont les plus nuisibles.
  • Les mots ont un pouvoir dévastateur : un mot vous sauve, un mot vous tue. Le jour où j'ai pris conscience de ça, je me suis dit, il y a quelque chose à creuser là-dedans et il y a une vraie nitroglycérine dans le langage, et si je peux la manipuler avec les précautions qui s'imposent, je peux à mon gré, tuer ou sauver, c'est extraordinaire !
    Les masterclasses, France Culture
  • La syntaxe, c'est l'harmonie, c'est ce qui vous permet de savoir si des notes vont produire des choses d'heureux ensemble ou si au contraire vous allez pouvoir produire une dissonance intéressante.
    Les masterclasses, France Culture
  • Si votre but est autre chose que de vivre le moment de l'écriture, ne le faites pas. Ne le faites pas parce que le risque est trop grand que ça ne vous apporte rien. Le moment de l'écriture est extrême et il peut vous apporter beaucoup.
    Les masterclasses, France Culture
  • On ne peut risquer que sa vie. Et si on ne la risque pas, on ne vit pas.
    Cosmétique de l'ennemi, éd. Le Livre de Poche
  • L'erreur, c'est comme l'alcool : on est très vite conscient d'être allé trop loin, mais plutôt que d'avoir la sagesse de s'arrêter pour limiter les dégâts, une sorte de rage dont l'origine est étrangère à l'ivresse oblige à continuer.
  • Le doute et la peur sont les auxiliaires des grandes initiatives.
  • Il y a des gens qui vous envahissent avec leur logorrhée : on a la pénible impression d'être prisonnier de leurs mots.
  • Le silence est la plus belle preuve de l'amour.
  • La jeunesse est une capacité à prendre le plus grand risque.
    La Grande Librairie, France 5, 02/09/2020
  • «
  • 1
  • 2
  • 3