Tahar Ben Jelloun, né le 15 décembre 1947, est un écrivain, poète et peintre marocain, prix Goncourt en 1987 pour son roman La Nuit sacrée. En 2008, il est élu membre de l'Académie Goncourt, au "couvert" de François Nourissier, démissionnaire. Site officiel de l'auteur
  • Le bonheur ne se trouve ni dans l'effort ni dans la lutte acharnée ; mais réside là, tout proche : dans la détente, dans l'abandon, dans la sérénité et dans la plénitude physique et morale.
    Sur ma mère
  • L'ignorance et la peur sont ce qui suscite, provoque, fonde le racisme et l'intolérance.
    Un pays sur les nerfs, éd. de l'aube
  • Le raciste est celui qui pense que tout ce qui est trop différent de lui le menace dans sa tranquillité.
    Le racisme expliqué à ma fille, éd. du Seuil
  • Très souvent, le raciste s'aime beaucoup. Il s'aime tellement qu'il n'a plus de place dans son cœur pour les autres, d'où son égoïsme.
    Le racisme expliqué à ma fille, éd. du Seuil
  • Quand on ne s'aime pas, on n'aime personne.
    Le racisme expliqué à ma fille, éd. du Seuil
  • La célébrité, la notoriété, la fortune n'ont jamais intimidé ni éloigné la maladie ni l'amour. Dans un sens comme dans l'autre, ces choses-là ne sont que des paillettes, des illusions qui se confondent avec la mauvaise poussière de la vie.
    Que la blessure se ferme, éd. Gallimard
  • Quand une femme relève sa chevelure, c'est pour montrer sa nuque et nous plonger dans la mer des illusions. L'érotisme tient parfois à un cheveu, présent, absent, volant.
    Que la blessure se ferme, éd. Gallimard
  • La politique et la comédie ont en commun le mensonge. Sauf qu'en politique, ne pas dire la vérité est une indignité, et que dans la comédie rien ne sert de la dire puisque tout a été inventé.
    Que la blessure se ferme, éd. Gallimard
  • Les discours racistes sont tous les mêmes : de la haine, de l'arrogance et un immense complexe d'infériorité qui cherche à se combler par la mort et les massacres.
    L'auberge des pauvres
  • L'absence est une ride du souvenir.
    Moha le fou, Moha le sage
  • Lorsqu'un mot rencontre un autre mot, ils se tiennent et sautent à la corde pour éprouver ce lien. S'ils tombent et se brisent, c'est qu'ils ne devaient pas se rencontrer, à moins d'avoir été voulus par le poète.
    Que la blessure se ferme, éd. Gallimard
  • Le Mal est un visage respectable ; il n'est pas borgne ou balafré. Il est avenant et même rassurant. Il n'a pas besoin de se grimer selon sa fonction, car n'importe qui est capable d'endosser sa vilenie.
    Que la blessure se ferme, éd. Gallimard
  • Un pays qui abandonne ses vieillards est une erreur.
  • Il faut aimer la terre, respecter ses humeurs qui donnent aussi bien la vie que ce qui l'annule.
    L'écrivain public
  • L'amitié est un amour où la guerre et la haine sont proscrites, où le silence est possible.
    Éloge de l'amitié
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • »