Jean Anouilh (23 juin 1910 - 3 octobre 1987), est un écrivain et dramaturge français. Auteur d'une oeuvre théâtrale abondante, comme sa célèbre pièce, Antigone, il reçoit le Grand prix du théâtre de l’Académie française en 1980. Il a également travaillé comme scénariste et dialoguiste sur de nombreux films et téléfilms.
  • Genre : Homme
  • Nationalité : Français
  • Profession, récompenses : Dramaturge, Écrivain
  • Date de naissance : 23 juin 1910
  • Date de décès : 3 octobre 1987
  • Le célibataire vit comme un roi et meurt comme un chien, alors que l'homme marié vit comme un chien et meurt comme un roi.
  • La clémence : une élégance des tyrans pour se faire de la publicité.
  • Le talent est comme un robinet. Quand il est ouvert, on peut écrire. L'inspiration est une farce que les poètes ont inventée pour se donner de l'importance.
  • Le théâtre, c'est le souffleur. D'abord, il n'y a que lui qui sait toute la pièce !
  • Ce qui prouve bien que les femmes savent garder un secret, c'est le nombre considérable de maris qui se disent les maîtres chez eux !
  • Le texte, au théâtre, c'est encore ce qu'il y a de moins important. Ils n'entendent qu'une phrase sur deux.
    Ne réveillez pas Madame...,, éd. Folio
  • Jamais ce que l'on vous donne ne vaudra ce que l'on prend.
    Le Chat bourgeois, Fables
  • Les femmes, c'est comme la soupe, il ne faut pas les laisser refroidir.
    Ornifle, éd. Folio
  • On ne s'aime jamais comme dans les histoires, tout nus et pour toujours. S'aimer, c'est lutter constamment contre des milliers de forces cachées qui viennent de vous ou du monde.
  • L'inspiration, c'est une invention des gens qui n'ont jamais rien créé. Nous entretenons la légende pour nous faire valoir, mais entre nous, c'est un bluff. Le poète ne connaît que la commande.
    Ornifle, éd. Folio
  • Mourir, mourir… Mourir, ce n'est rien. Commence donc par vivre. C'est moins drôle, et c'est plus long.
    Roméo et Jeannette, éd. La Table Ronde
  • C'est plein de disputes un bonheur.
    Antigone, éd. La Table ronde
  • Ce sont toujours nos bons sentiments qui nous font faire de vilaines choses.
  • Il y l'amour. Et puis il y a la vie, son ennemie.
  • On n'est vieux que le jour où on le décide.
    La valse de Toréadors, éd. La Table Ronde
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • »