Tenzin Gyatso (né le ) est le 14e dalaï-lama et le chef du gouvernement tibétain en exil. Considéré comme le plus haut personnage spirituel du bouddhisme tibétain, il oeuvre depuis 1959 pour l'autonomie réelle de l'ensemble du Tibet à l'intérieur de la Chine. Sa recherche constante d'une solution au conflit sino-tibétain par la non-violence est récompensée par le prix Nobel de la paix en 1989.
  • La confiance en soi... c'est la promesse d'un avenir radieux.
  • Malgré leurs différences philosophiques et rituelles, toutes les religions se ressemblent : elles délivrent un message de compassion, d'amour et de pardon.
  • Agissez envers autrui dans un esprit de fraternité, et il fera de même.
  • Les mauvais sentiments détruisent le bonheur.
  • Il est illogique de haïr ceux qui nous blessent ou se montrent injustes envers nous. La haine n'a aucun effet physique sur nos ennemis. Bien au contraire, c'est nous qui subissons les conséquences de notre amertume : elle nous dévore de l'intérieur.
  • Je pense qu'à long terme le monde entier doit tendre vers la compassion. Notre société parviendra alors à résoudre ses conflits par le dialogue, en cherchant des solutions pacifiques. Je pense que nous en sommes capables... Ce sera difficile, bien sûr, mais je pense que c'est possible.
  • Le contact avec l'autre et le désir de comprendre ses valeurs entraînent seuls un respect sincère. Il faut apprendre à nous apprécier, à nous admirer les uns les autres.
  • Nous sommes tous égaux ! Nous avons tous le même potentiel ! Nous sommes tous des êtres humains ! Notre couleur de peau n'a aucune importance.
  • Notre voyage spirituel est un bien long chemin. Nous devons choisir la route avec soin, pour franchir toutes les étapes qui nous séparent du but. Quand la pente se fait abrupte, il faut savoir ralentir, prendre le temps d'une profonde contemplation, sans oublier pour autant les soucis du voisin ou ceux du poisson nageant dans des eaux polluées, à des milliers de kilomètres de là.
  • En tant qu'être humain, chacun de nous porte la responsabilité de la progression de l'humanité dans son ensemble : il doit lui apporter une part de bonheur supplémentaire, afin de la rendre plus pacifique, plus compréhensive, plus compatissante.
  • La sagesse ne se résume pas à la simple connaissance, laquelle doit passer par les filtres de l'écoute, du raisonnement, de la confrontation avec l'expérience, pour aboutir à une intime conviction.
  • Le monde actuel accorde trop d'importance aux possessions matérielles, en justifiant tout ce qui permet d'obtenir plus d'argent et de pouvoir. Nous ne cherchons qu'à satisfaire notre avidité sans penser à rien d'autre, inconscients des problèmes qui nous attendent si nous oublions la morale.
  • Le désarmement extérieur passe par le désarmement intérieur. Le seul vrai garant de la paix est en soi.
  • La sensation d'être heureux ou malheureux dépend rarement de notre état dans l'absolu, mais de notre perception de la situation.
  • Lorsque nos intentions sont égoïstes, le fait que nos actes puissent paraître bons ne garantit pas qu'ils soient positifs ou éthiques.
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • ...
  • 6
  • »