William Faulkner, né William Cuthbert Falkner (25 septembre 1897 - 6 juillet 1962), est un romancier, nouvelliste et scénariste américain, Prix Nobel de littérature en 1949.
  • Le champ de bataille ne fait que révéler à l'homme sa folie et son désespoir, et la victoire n'est jamais que l'illusion des philosophes et des sots.
    Le Bruit et la Fureur, éd. Gallimard
  • Ce qu'il y a de triste dans l'amour, c'est que non seulement l'amour ne peut pas durer toujours, mais que les désespoirs qu'il cause sont vite oubliés.
  • La littérature ne sert pas à mieux voir. Elle sert seulement à mieux mesurer l'épaisseur de l'ombre.
  • Les femmes ne sont que des organes génitaux articulés et doués de la faculté de dépenser tout l'argent qu'on possède.
  • Un homme est la somme de ses propres malheurs.
    Le Bruit et la Fureur, éd. Gallimard
  • Pour être grand, il faut quatre-vingt-dix-neuf pour cent de travail.
    Interview - 1957
  • Ceux qui peuvent agissent et ceux qui ne peuvent pas, et souffrent assez de ne pas pouvoir, écrivent.
    L'Invaincu, éd. Gallimard
  • Il y aurait moins de désordre en ce monde si les gens ne se racontaient pas des mensonges les uns aux autres et ne jouaient pas la comédie.
  • L'amour, c'est comme la foudre : on n'en est nulle part à l'abri.
  • Je n'ai jamais eu de meilleur ami que moi-même.
  • Personne ne sait quand ni comment l'amour ou la foudre vont tomber, mais tout ce qu'on sait, c'est que ça tombe jamais deux fois au même endroit.
    Le Gambit du cavalier, éd. Gallimard
  • C'est toujours ceux qui ne sont bons à rien qui vous donnent des conseils. C'est comme ces professeurs d'Université qui ne possèdent même pas une paire de chaussettes et qui vous enseignent comment gagner un million en dix ans ; et une femme qui n'a jamais pu trouver de mari vous dira toujours comment élever vos enfants.
    Le Bruit et la Fureur, éd. Gallimard
  • L'homme dont les mensonges sont le plus aisément acceptés est celui qui, toute sa vie, a joui de la réputation de franchise.
    Lumière d'août, éd. Gallimard
  • [...] une des plus heureuses facultés de l'esprit est de pouvoir rejeter ce que la conscience refuse d'assimiler.
    Lumière d'août, éd. Gallimard