Nicolas Machiavel ( - ) est un homme d'état florentin, philosophe et théoricien de la politique, de l'histoire et de la guerre.
  • Celui qui contrôle la peur des gens devient le maître de leurs âmes.
    Le Prince
  • Il est plus sûr d'être craint que d'être aimé.
    Le Prince
  • Gouverner, c'est faire croire.
    Le Prince
  • Gouverner, c'est mettre vos sujets hors d'état de vous nuire et même d'y penser.
    Le Prince
  • Une guerre est juste quand elle est nécessaire.
    Le Prince
  • On fait la guerre quand on veut, on la termine quand on peut.
    Le Prince
  • Un Prince doit s'efforcer de se faire une réputation de bonté, de clémence, de pitié, de loyauté et de justice ; il doit d'ailleurs avoir toutes ces bonnes qualités, mais rester assez maître de soi pour en déployer de contraires lorsque cela est expédient.
    Le Prince
  • Comme les hommes sont tous méchants, et toujours prêts à manquer à leur parole, le Prince ne doit pas se piquer d'être plus fidèle à la sienne ; et ce manque de foi est toujours facile à justifier. [...] Le point est de bien jouer son rôle, et de savoir à propos feindre et dissimuler. Et les hommes sont si simples et si faibles que celui qui veut tromper trouve aisément des dupes.
    Le Prince
  • Il n'y a rien qui fasse tant estimer un prince que d'accomplir de hautes et magnanimes entreprise.
    Le Prince
  • Pour bien connaître la nature des peuples, il faut être prince, et pour bien connaître celle des princes, il faut être du peuple.
    Le Prince
  • Il y a trois sortes d'esprit. Les uns entendent par eux-mêmes ; les autres comprennent tout ce qu'on leur montre ; et quelques uns n'entendent, ni par eux, ni par autrui. Les premiers sont excellents, les seconds sont bons, et les derniers inutiles.
    Le Prince
  • Toute guerre qui est nécessaire est juste ; et les armes qui se prennent pour la défense d'un peuple qui n'a point d'autre ressource sont miséricordieuses.
    Le Prince
  • Il y a deux manières de combattre : l'une avec les lois ; l'autre avec la force. La première est celle des hommes ; la seconde celle des bêtes. Mais comme très souvent la première ne suffit pas, il est besoin de recourir à la seconde.
    Le Prince
  • Les hommes prudents savent toujours se faire un mérite des actes auxquels la nécessité les a contraints.
    Discours sur la première Décade de Tite-Live
  • C'est le bien général, et non l'intérêt particulier, qui fait la puissance d'un État ; et, sans contredit, on n'a vraiment en vue le bien public que dans les républiques.
    Discours sur la première Décade de Tite-Live
  • 1
  • 2
  • 3
  • »