Fabrice Midal, né 29 septembre le 1967, est un philosophe et écrivain français, fondateur de l’École occidentale de méditation.
  • Genre : Homme
  • Nationalité : Française
  • Profession : Philosophe
  • Date de naissance : 29 septembre 1967
  • Méditer, c'est faire de la place dans son cœur pour mieux accueillir la réalité.
  • Méditer ne nous rend pas semblable à un caillou, mais libère le désir propre à toute vie nous donnant ainsi l'audace d'être.
    La Méditation, éd. Que sais-je
  • L'art moderne se différencie en ce sens de l'art classique qui se déploie à partir d'un socle conceptuel : un tableau représente quelque chose, se plie à un code social, à un ensemble de contraintes. L'art moderne tente d'habiter l'espace même de la présence - non une fleur, une maison, une scène de chasse mais la présence même à partir de laquelle tout ceci se montre, témoignant d'une expérience méditative profonde où, pour reprendre l'une des formulations du zen, « l'intérieur et l'extérieur ne font plus qu'une surface lisse ».
    La Méditation, éd. Que sais-je
  • Méditer, c'est faire face à ce qui entrave notre présence à soi et au monde, c'est découvrir comment nous sommes souvent englués dans une quotidienneté terne et inauthentique, c'est rencontrer le défi d'avoir à être ce que nous sommes, responsables devant l'humanité tout entière.
    La Méditation, éd. Que sais-je
  • L'expérience de la méditation nous apprend à habiter l'absence de toute fixation (wou-tchou), cet interstice entre le moment où une pensée s'éteint et celui où une autre paraît.
    La Méditation, éd. Que sais-je
  • Nous savoir imparfaits nous rend plus tolérants et plus soucieux des autres.
    3 minutes de philosophie, éd. Flammarion/Versilio
  • Les émotions vont et viennent. Aucune émotion n'est en elle-même fautive. Ce qui importe est ce que nous en faisons !
    3 minutes de philosophie, éd. Flammarion/Versilio
  • Celui que j'aime peut parfois me blesser, parfois même se tromper sur qui je suis, mon amour pour lui n'en reste pas moins le même. Il n'alterne pas en fonction du bénéfice que je peux ou non en retirer, en fonction des aléas de la vie.
    Et si de l'amour on ne savait rien ? éd. Albin Michel
  • L'amour ne varie pas selon les saisons. Il n'est pas étroit. Il inclut tout. Il inclut même ceux que je ne considère pas, même ceux que j'ai tendance à rejeter, à mettre hors du champ de mon affection. L'amour ne s'adresse pas seulement à ceux qui nous sont familiers. Il veut croître, s'étendre et nous faire aimer même ceux qui nous sont les plus lointains.
    Et si de l'amour on ne savait rien ? éd. Albin Michel
  • Notre coeur aspire à s'étendre, à reconnaître en chaque être un proche. Aussi, respecter l'amour implique de réussir à discerner en chaque être, si éloigné de nous qu'il soit, ce qui néanmoins nous lie à lui.
    Et si de l'amour on ne savait rien ? éd. Albin Michel
  • J'ai appris à avoir confiance en ma capacité de m'émerveiller.
  • Apaiser son stress n'est pas se calmer, mais avoir l'intelligence de comprendre ce qu'il nous arrive. Mettre le vrai mot sur ce vécu est une étape indispensable pour guérir ce qui est blessé en soi.
    Suis-je hypersensible ?, éd. Flammarion/Versilio
  • Il est temps que la bienveillance nous permette de comprendre qu'entrer en amitié avec soi n'est pas une forme d'égocentrisme, mais le socle de tout développement humain.
  • Regardez et vivez vos émotions avec douceur et humour. Le fait de les reconnaître, de les admettre, les empêchera de vous submerger. Vous êtes triste ou ému. N'ayez plus honte de le dire, de le vivre.
  • Agir avec justesse, c'est tout autant aider le monde qu’œuvrer sur soi-même.
    La voie du chevalier