Sylvain Tesson, né le , est un voyageur et écrivain français, membre de la Société des explorateurs français. Il reçut le prix Goncourt de la nouvelle en 2009 pour Une vie à coucher dehors, le prix Médicis Essai en 2011 pour son journal Dans les forêts de Sibérie et le prix Renaudot en 2019 pour La panthère des neiges . Crédit photo : Yves Tennevin
  • Un ermite ne menace pas la société des hommes. Tout juste en incarne-t-il la critique.
    Dans les forêts de Sibérie, Ed. Gallimard
  • Tenir un journal féconde l'existence. Le rendez-vous quotidien devant la page blanche du journal contraint à prêter meilleur attention aux événements de la journée - à mieux écouter, à penser plus fort, à regarder plus intensément.
    Dans les forêts de Sibérie, Ed. Gallimard
  • L'homme libre possède le temps. L'homme qui maîtrise l'espace est simplement puissant.
    Dans les forêts de Sibérie, Ed. Gallimard
  • Se sentir familier d'un lieu, c'est le début de la mort.
    Dans les forêts de Sibérie, Ed. Gallimard
  • Le froid, le silence et la solitude sont des états qui se négocieront demain plus chers que l'or. Sur une Terre surpeuplée, surchauffée, bruyante, une cabane forestière est l'eldorado.
    Dans les forêts de Sibérie, Ed. Gallimard
  • La marche dissipe les nuages noirs. Traverser les forêts rend très sensible au merveilleux de la nature. Il faudrait prescrire à tous les accidentés la marche dans la nature avec nuits à la belle étoile.
  • La ruée des peuples vers le laid fut le principal phénomène de la mondialisation. [...] Le mauvais goût est le dénominateur commun de l'humanité.
    Dans les forêts de Sibérie, Ed. Gallimard
  • Ouvrir les yeux est un antidote au désespoir.
    Petit traité sur l'immensité du monde, Ed. des Equateurs
  • Vivre, c'est faire de son rêve un souvenir.
    Petit traité sur l'immensité du monde, Ed. des Equateurs
  • Un livre peut changer une vie. Et dire qu'il n'y a aucune mise en garde d'inscrite sur la couverture.
  • La terre est un palimpseste gratté et retravaillé à chaque génération par le gribouillage du piétinement. Une croûte battue par des milliards de pas et il est difficile de tracer un chemin nouveau dans cet entrelacs.
    Petit traité sur l'immensité du monde, Ed. des Equateurs
  • L'enfer, ce n'est pas les autres, c'est l'obligation de vivre avec eux.
    Petit traité sur l'immensité du monde, Ed. des Equateurs
  • C'est toujours dans cet ordre-là que les architectes devraient travailler : chercher d'abord un endroit où poser la fenêtre, construire la cabane ensuite.
    Petit traité sur l'immensité du monde, Ed. des Equateurs<
  • La pollution est l'ombre du progrès.
  • Il faut une certaine dose d'égoïsme pour mener sa propre existence.
    La Grande Librairie, 11 mai 2017