Sylvain Tesson, né le , est un voyageur et écrivain français, membre de la Société des explorateurs français. Il reçut le prix Goncourt de la nouvelle en 2009 pour Une vie à coucher dehors, le prix Médicis Essai en 2011 pour son journal Dans les forêts de Sibérie et le prix Renaudot en 2019 pour La panthère des neiges . Crédit photo : Yves Tennevin
  • Celui qui choisit la route comme ligne de vie doit préférer regarder la lumière par la fenêtre plutôt que l'obscurité au fond de son puits.
    Sur les chemins noirs, éd. Gallimard
  • Un voyageur digne de ce nom ne peut s'intéresser à lui-même et cherche hors de soi matière à l'émerveillement. Pourquoi partir si c'est pour faire le tour de soi ? La mosaïque du monde est riche de tant de carrés, comment perdre du temps sur son misérable tas de secrets intérieurs ?
    Sur les chemins noirs, éd. Gallimard
  • Vivre, c'est faire de son rêve un souvenir.
    Sur les chemins noirs, éd. Gallimard
  • Le propre des voyants est de ne jamais se satisfaire de ce dont leurs yeux se contentent.
    Sur les chemins noirs, éd. Gallimard
  • Quand le corps avance, l'esprit a tout le loisir de se pencher sur le parapet des souvenirs, de se livrer à la contemplation, de réfléchir au monde et de rêver, peut-être.
    Sur les chemins noirs, éd. Gallimard
  • [...] le nomadisme est la meilleure réponse à l'échappée du temps
    Sur les chemins noirs, éd. Gallimard
  • Grâce à la route, je me suis mis en marche, grâce à la marche, je me maintiens en mouvement et, paradoxalement, c'est quand j'avance, devant moi, que tout s'arrête : le temps et l'obscure inquiétude de ne pas le maîtriser.
    Sur les chemins noirs, éd. Gallimard
  • L'être humain est pathétiquement touchant. Il porte toujours sur les autres la lucidité qu'il ne possède pas à l'égard de lui-même.
  • J'aime les mots d'auteur. Ils sont comme les arbres au bord d'une route. Ils se tiennent là, plantés, sur le côté de notre chemin intérieur.
    Géographie de l'instant
  • L'ermite nie la vocation de la civilisation, en constitue la critique vivante.
    Dans les forêts de Sibérie, Ed. Gallimard
  • Le face-à-face avec l'animal, c'est la véritable expérience de l'Altérité.
  • Entre l'envie et le regret, il y a un point qui s'appelle le présent. Il faudrait s'entraîner à y tenir en équilibre.
  • J'avais appris que la patience était une vertu suprême, la plus élégante et la plus oubliée. Elle aidait à aimer le monde avant de prétendre le transformer.
    La panthère des neiges
  • Rien ne vaut de passer un bon moment avec soi même, à parcourir les rayonnages de sa bibliothèque intérieure.
  • Ma fascination va à ceux qui allient l'esprit à l'action.