Stendhal, de son vrai nom Marie-Henri Beyle ( - ) est un écrivain français de la première moitié du XIXe siècle. Ses principales oeuvres sont Le Rouge et le Noir (1830), Lucien Leuwen (1834, inachevé), La Chartreuse de Parme (1838-1841).
  • Genre : Homme
  • Nationalité : Française
  • Profession, récompense : Écrivain
  • Date de naissance : 23 janvier 1783
  • Date de décès : 23 mars 1842
  • La bonne musique ne se trompe pas, et va droit au fond de l'âme chercher le chagrin qui nous dévore.
    Lettres sur Haydn, de Mozart et de Métastase
  • C'est par lâcheté et non par manque de lumière que nous ne lisons pas dans notre cœur.
    Armance
  • Pourquoi veut-on que je sois aujourd'hui de la même opinion qu'il y a six semaines ? En ce cas, mon opinion serait mon tyran.
  • Posséder n'est rien, c'est jouir qui fait tout.
  • Mon cœur est trop plein de toi pour être jamais à un autre…
    Les Lettres d'amour (1806)
  • L'amour est le miracle de la civilisation.
  • Les femmes, on les flatte à vingt ans, on les abandonne à quarante.
  • L'amour-propre se glisse même dans les cœurs qui servent de temple à la vertu la plus auguste.
    Le Rouge et le Noir
  • Un des caractères du génie est de ne pas traîner sa pensée dans l'ornière tracée par le vulgaire.
  • Ce qui caractérise les grandes passions : l'immensité de la difficulté à vaincre et la noire incertitude de l'événement.
    Le Rouge et le Noir
  • Un roman est comme un archer, la caisse du violon qui rend les sons, c'est l'âme du lecteur.
  • Ou l'on est soi-même, ou l'on n'est rien.
  • Je tremble toujours de n'avoir écrit qu'un soupir, quand je crois avoir noté une vérité.
  • Je ne puis pas encore m'expliquer aujourd'hui, à cinquante-deux ans, la disposition au malheur que me donne le dimanche.
  • A moins d'une grande passion, prise peu à peu dans la première jeunesse, une femme d'esprit n'aime pas longtemps un homme commun.