Victor-Marie Hugo ( - ) est un écrivain, dramaturge, poète, homme politique, académicien et intellectuel engagé français, considéré comme l'un des plus importants écrivains romantiques de langue française.
  • La civilisation tend invinciblement à l'unité d'idiome, à l'unité de mètre, à l'unité de monnaie, et à la fusion des nations dans l'Humanité, qui est l'unité suprême.
  • Nous voulons la paix, nous la voulons ardemment. Nous la voulons absolument. Nous la voulons entre l'homme et l'homme, entre le peuple et le peuple, entre la race et la race, entre le frère et le frère, entre Abel et Caïn.
    Congrès de la paix, Lausanne, 1869
  • En vous retirant de tout, on vous a tout donné ; tout est permis à qui tout est défendu ; vous n'êtes plus contraint d'être académique et parlementaire ; vous avez la redoutable aisance du vrai, sauvagement superbe.
  • Le romantisme, tant de fois mal défini, n'est, à tout prendre, et là sa définition réelle, si l'on ne l'envisage que sous son côté militant, que le libéralisme en littérature. [...] Le libéralisme littéraire ne sera pas moins populaire que le libéralisme politique.
  • Je suis un romantique furieux, c'est-à-dire je suis pour Shakespeare contre Racine, et pour lord Byron contre Boileau.
  • L'absorption insensible des commotions de l'avenir par les progrès du présent ; l'adoucissement des mœurs ; l'éducation des masses par les écoles, les ateliers et les bibliothèques ; l'amélioration graduelle de l'homme par la loi et par l'enseignement, voilà le but sérieux que doit se proposer tout bon gouvernement et tout vrai penseur.
  • L'art est le reflet que renvoie l'âme humaine éblouie de la splendeur du beau.
  • L'amour, c'est le creuset sublime où se fait la fusion de l'homme et de la femme.
    Les Misérables
  • La grande erreur de notre temps, cela a été de pencher, je dis même de courber l'esprit des hommes vers la recherche du bien-être matériel. Il faut relever l'esprit de l'homme, le tourner vers la conscience, vers le beau, le juste et le vrai, le désintéressé et le grand. C'est là et seulement là, que vous trouverez la paix de l'homme avec lui-même et par conséquent avec la société.
    Discours à l'Assemblée Nationale, 11 novembre 1848
  • Il n'y a rien de plus précieux en ce monde que le sentiment d'exister pour quelqu'un.
  • Dieu a fait deux dons à l'homme : l'espérance et l'ignorance. L'ignorance est le meilleur des deux.
  • L'argot, c'est la langue des ténébreux.
  • La vraie et grande éloquence est celle dans laquelle, même aux moments calmes, on sent le grondement d'une foudre.
  • En amour, tel mot, dit tout bas, est un mystérieux baiser de l'âme à l'âme.
  • La curiosité est une gourmandise ; voir, c'est dévorer.
  • «
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6
  • ...
  • 16
  • »