Jean-Claude Carrière (né le ) est un conteur, écrivain et scénariste français. Son oeuvre se partage entre le cinéma, le théâtre et la littérature.
  • Tout change que nous le voulions ou non. Donc il faut vivre flexible, vivre souple et vivre comme dans un torrent, en mouvement.
    Agora, France Culture, 19/02/1996
  • Nous, les auteurs, les conteurs, les raconteurs d'histoires, nous nous laissons aller. L'imagination, la folle du logis, fait partie de notre vie de tous les jours et de notre travail. IL faut bien que nous inventions.
    Agora, France Culture, 19/02/1996
  • Nous sommes entourés de gens qui parlent de quatre vents, de tout et de rien, qui ont des avis sur tout et surtout sur des choses qu'ils ne connaissent pas.
    Agora, France Culture, 19/02/1996
  • Le néant n'est pas la mort, même si la mort est probablement le néant.
  • C'est la possibilité de mourir à chaque instant qui donne du prix à chaque seconde et à chaque instant que nous vivons.
  • La grande aventure de l'esprit au 20ème siècle, c'est la science. Ce n'est pas la poésie, ce n'est pas le surréalisme, ce n'est pas la littérature, ce n'est même pas le cinéma. [...] Je me rends compte qu'il y a là un immense territoire sans fin, sans limites.
    Agora, France Culture, 19/02/1996
  • Je crois que l'Histoire est une discipline impossible. [...] L'Histoire doit combiner le passé à travers les mémoires, une infinité de mémoires contradictoires pour retrouver le passé.
  • Je ne crois pas du tout savoir quelque chose après ma mort, ça je n'y compte pas ! Je sais qu'il y a des millions de gens qui croient que la mort est le début d'une autre vie, ce n'est pas mon cas. Pour moi la mort est la fin de la vie, point. Mais s'il y a autre chose, tant mieux !
  • Pour certains, la culture est une boucle d'oreille. Pour d'autres, c'est une oreille.
  • «
  • 1
  • 2
  • 3