Nicolas Grimaldi, né le 24 décembre 1933, est un philosophe français. Ancien professeur à la Sorbonne, il a consacré son œuvre à tenter d’élucider le statut de la conscience et la nature du temps.
  • Genre : Homme
  • Nationalité : Français
  • Profession : Philosophe
  • Date de naissance : 24 décembre 1933
  • La société n'est qu’un spectacle. Ce qu'on est convenu d'appeler l'ordre social n'en est que la distribution des rôles.
    Le Travail. Communion et excommunication, Ed. PUF
  • Lorsqu'un paysage ou une scène nous émeuvent, comme nous nous sentons privés que personne n'en partage avec nous l'expérience !
    Le Travail. Communion et excommunication, Ed. PUF
  • Nous voulons être reconnus à la fois comme identiques et comme différents. Identiques, pour n'avoir pas honte de notre différence. Différents, pour tirer quelque fierté de notre distinction.
    Le Travail. Communion et excommunication, Ed. PUF
  • Ne sachant ni exactement ce qu'il donne, ni moins encore à qui, ni même de quelle façon, le travail est donc, comme une offrande mystique, la forme anonyme d'un don. Il est même le seul véritable don, puisqu'il est la seule manière de se donner tout entier en s'effaçant dans ce qu'on donne.
    Le Travail. Communion et excommunication, Ed. PUF
  • Notre identité n'est pas chose faite, toujours déjà constituée, mais une perspective toujours ouverte, l'attente de possibles indéterminables.
    Ambiguïtés de la liberté, Ed. PUF
  • Si le propre de la vie est d'adapter l'individu à son milieu, le propre de la volonté est de l'en soustraire.
    Ambiguïtés de la liberté, Ed. PUF
  • Comme la vie, le travail est le dynamisme de l’avenir dans le présent.
    Traité de la banalité, Ed. PUF
  • Peut-être n'y a-t-il qu'un seul désir, qui est celui de mettre fin à notre solitude.
    Traité de la banalité, Ed. PUF
  • Au plus intérieur, au plus secret de nous-mêmes, l'avenir est un vide que nous nous efforçons en vain de remplir à chaque instant. Car vivre c'est attendre.
    Préjugés et paradoxes, Ed. PUF
  • Le problème […] ne consiste pas à se demander quel est le but ou le bout du chemin, mais seulement à découvrir la meilleure manière de marcher.
    Préjugés et paradoxes, Ed. PUF
  • Entre tous les malheurs qui accablent l’humanité, les pires sont ceux qu’une partie d’elle-même décide d’infliger à l’autre.
    Une démence ordinaire, Ed. PUF
  • […] il n’y a pas de jeu qui ne soit symboliquement une fugue. En jouant, c’est toujours à sa propre existence qu’on tente d’échapper.
    Une démence ordinaire, Ed. PUF
  • Quoi qu'un homme ait poursuivi et quoi qu’il ait obtenu, rien ne le contente.
    Une démence ordinaire, Ed. PUF
  • Si la croyance n'était que le plus faible degré d'une conviction, et la conviction notre mode d'adhésion à un savoir, elle ne poserait aucun problème. Or tout nous manifeste, au contraire, que la croyance relève bien moins de la connaissance que de la volonté. Elle exprime moins une sorte de distance ou de réserve par rapport à ce qu'on connaît qu'une adhésion passionnée à ce qu'on ne connaît pas.
    Une démence ordinaire, Ed. PUF
  • La douceur et le charme d’une personne, à force de vivre auprès d'elle, nous ne les sentons plus. S'habituer, c'est oublier.
    Proust, les horreurs de l'amour, Ed. PUF
  • 1
  • 2
  • 3
  • »