Jorge Mario Bergoglio, né le 17 décembre 1936, est un homme d'Église argentin, pape de l'Église catholique, sous le nom de François, depuis son élection le 13 mars 2013. Crédit photo : Korea.net
  • Genre : Homme
  • Nationalité : Argentin
  • Profession, récompense : Homme d'église
  • Date de naissance : 17 décembre 1936
  • Aimer comme Jésus signifie servir et donner sa vie. Servir, c'est-à-dire ne pas faire passer ses propres intérêts en premier, combattre l'indifférence, partager les dons que Dieu nous a donnés. Donner la vie, c'est sortir de l'égoïsme pour faire de l'existence un don.
  • La prière n'est pas seulement une activité à faire dans les moments de repos, mais aussi au cours de notre vie quotidienne comme une respiration de notre relation vivante avec Dieu.
  • L'espérance nous invite à reconnaître qu'il y a toujours une voie de sortie, que nous pouvons toujours repréciser le cap, que nous pouvons toujours faire quelque chose pour résoudre les problèmes.
  • Protéger la dignité humaine des plus faibles en affirmant leurs droits contribue à faire grandir la fraternité humaine et à ne pas défigurer l’image de Dieu imprimée en chaque personne.
  • Méfions-nous du narcissisme et de l'exhibitionnisme, fondés sur la vanité, qui nous conduisent aussi, nous chrétiens, à avoir toujours le mot «je» sur les lèvres: « J'ai fait ceci, j'ai écrit cela, j'ai dit cela ». Là où il y a trop de « je », il y a peu de Dieu
  • La rencontre nous change et nous suggère souvent de nouveaux chemins que nous n'aurions jamais pensé emprunter. C'est souvent ainsi que Dieu nous montre les chemins à suivre. Tout change lorsque nous sommes capables de faire de vraies rencontres avec Lui et les autres.
  • La prière est « l'eau de l'âme » : elle est humble, elle est invisible, mais elle donne la vie. Celui qui prie mûrit intérieurement et sait regarder vers le haut, en se rappelant qu'il est fait pour le Ciel.
  • Nos prières s'accomplissent et se complètent lorsque nous intercédons pour les autres et que nous prenons soin de leurs préoccupations et de leurs besoins. La prière ne nous sépare ni ne nous isole de personne, car elle est amour pour tous.
  • De notre don peuvent surgir la vie et le salut des autres, malades et souffrants, en renforçant ainsi une culture de l'aide, du don, de l'espérance et de la vie. La société a besoin de ces gestes concrets d'amour généreux pour faire comprendre que la vie est sacrée.
  • Nous ne devons pas nous habituer à la guerre, à n'importe quelle guerre. Nous ne devons pas laisser nos cœurs et nos esprits s'anesthésier devant la répétition de ces graves horreurs contre Dieu et contre l'homme.
  • La course aux armements, y compris les armes nucléaires, continue de gaspiller des ressources précieuses qui seraient mieux utilisées pour le développement intégral des peuples et la protection de l'environnement naturel.
  • Nos blessures peuvent être des brèches, des ouvertures qui, imitant les plaies du Seigneur, font passer la miséricorde de Dieu, sa grâce qui change la vie et nous transforme en artisans de #paix et de réconciliation
  • Dans notre vieillesse, l'essentiel de la vie, auquel nous tenons le plus à l'approche de nos adieux, nous apparaît définitivement clair. Notre vie entière apparaît comme une graine qui doit être enterrée pour que sa fleur et son fruit puissent germer.
  • Il est temps que l'on recommence à se scandaliser devant la réalité des enfants affamés, réduits en esclavage, ballottés sur les eaux en proie au naufrage, victimes innocentes de toute sorte de violence.
  • Il est temps que cessent les violences sur les femmes et qu'elles soient respectées, et non pas traitées comme des marchandises.