Raphaël Enthoven, né le , est un professeur de philosophie français et animateur de radio.
  • Déduire le "miracle" de l'"inexplicable", ou bien confondre le provisoirement inexpliqué avec l'inexplicable par définition, revient à ériger son ignorance en critère, à évaluer le réel à l'aune du besoin qu'on a, bref, à tenir ses désirs pour des réalités.
    L'Express - n°3124 mai 2011
  • Être libre, ce n'est pas faire ce qu'on désire, ni vouloir ce qu'on fait, ni même se rendre où l'on veut, mais devenir ce qu'on est, aimer ce qu'on devient, et marcher, comme par hasard, dans ses propres pas.
    Philosophie Magazine - n°21 juillet-août 2008
  • Le mépris de l'illusion est un déni de connaissance.
    Philosophie Magazine - n°23 octobre 2008
  • L'illusion n'est jamais dans la perception, qui ne prétend qu'à elle-même, mais dans le jugement qu'elle inspire - que celui-ci soit vrai ou faux.
    Philosophie Magazine - n°23 octobre 2008
  • La mélancolie ne conserve du suicide que l'art de contempler le monde avec l'indifférence curieuse d'un mort en sursis, dont le tempérament de spectateur fait de chaque geste le transfuge d'un tableau.
    Philosophie Magazine - n°29 mai 2009
  • L'imagination n'a pas pour fonction de photocopier le monde mais de l'exprimer.
    Philosophie Magazine - n°38 avril 2010
  • C'est par l'imagination que la nature imite l'art, que le futur imite la science-fiction, que les nuages acquièrent une forme et qu'une aide-cuisinière prend, soudain, le visage d'une allégorie.
    Philosophie Magazine - n°38 avril 2010
  • À force d'aimer la vie malgré elle, on finit de temps en temps par aimer les autres sans raison.
    Le philosophe de service et autres textes, Ed. Gallimard
  • [...] les réseaux sociaux ne sont pas des espaces de liberté, mais des espaces de censure où l'on voit apparaître des molécules idéologiques centripètes auxquelles s'agrègent progressivement tous les gens qui pensent de la même manière.
    Le Point, n° 2388 du 07/06/2018
  • Peu importe qu'il soit un malentendu, triste ou joyeux, tomber amoureux est toujours un début de victoire.
  • Ce n'est pas la philosophie qui donne des raisons de vivre, c'est la vie qui donne des raisons de penser.
    Le Nouvel Observateur, 14/06/2007