Émile Zola ( - ) est un écrivain, journaliste et homme public français, considéré comme le chef de file du naturalisme. C’est l'un des romanciers français les plus populaires, l'un des plus publiés, traduits et commentés au monde. Ses romans ont connu de très nombreuses adaptations au cinéma et à la télévision.
  • Genre : Homme
  • Nationalité : Français
  • Professions : Écrivain, Journaliste
  • Date de naissance : 2 avril 1840
  • Date de décès : 29 septembre 1902
  • Nous autres romanciers, nous sommes les juges d'instruction des hommes et de leurs passions.
  • La terre seule demeure l'immortelle, la mère, d'où nous sortons et où nous retournerons.
    La Terre
  • La science a-t-elle promis le bonheur ? Je ne le crois pas. Elle a promis la vérité, et la question est de savoir si l'on fera jamais du bonheur avec de la vérité.
    Discours aux étudiants de Paris, 18 mai 1893
  • On ne saurait aller trop loin dans la connaissance de l'homme.
  • Je crois que l'avenir de l'humanité est dans le progrès de la raison par la science.
  • On n'aime bien que les femmes qu'on n'a pas eues.
  • Aucun bonheur n'est possible dans l'ignorance, la certitude seule fait la vie calme.
  • Émanciper la femme, c'est excellent ; mais il faudrait avant tout lui enseigner l'usage de la liberté.
  • La question est celle-ci : d'où vient l'homme ? Où va l'homme ? Je la résous triomphalement en disant : l'homme va et vient dans la nuit.
  • Il n'y a jamais trop de livres ! Il en faut, et encore, et toujours ! C'est par le livre, et non par l'épée, que l'humanité vaincra le mensonge et l'injustice, conquerra la paix finale de la fraternité entre les peuples.
  • Le roman est devenu une enquête générale sur l'homme et sur le monde.
  • Au cours des siècles, l'histoire des peuples n'est qu'une leçon de mutuelle tolérance.
  • Chaque fois que la science avance d'un pas, c'est qu'un imbécile la pousse, sans le faire exprès.
  • Crever pour crever, je préfère crever de passion que de crever d'ennui !
  • Il n'y a pas si longtemps que ça, j'étais persuadée que dans la vie, si on voulait s'en sortir, il fallait toujours lutter contre le courant, quelle que soit sa force. Mais tout bien réfléchi, vivre en se laissant porter, ce n'est peut-être pas si bête que ça, du moment que ça nous fait avancer.
    Nana