Anaïs Nin (21 février 1903 - 14 janvier 1977) est une femme de lettres américaine d’origine franco-cubaine. Célèbre pour la publication de journaux intimes qui s'étalent sur plusieurs dizaines d'années, elle est aussi l'une des premières femmes à écrire des ouvrages érotiques.
  • Genre : Femme
  • Nationalité : Américaine
  • Profession, récompense : Écrivaine
  • Date de naissance : 21 février 1903
  • Date de décès : 14 janvier 1977
  • La vie de tous les jours ne m'intéresse pas. Je recherche seulement les grands moments. Je suis d'accord avec les surréalistes en quête de merveilleux.
  • Chaque ami représente un monde en nous, un monde qui n'aurait peut-être jamais existé sans lui et que cette rencontre a rendu possible.
    Journal, Tome 1
  • Et vint le jour où le risque de rester serré dans un bourgeon devint plus douloureux que le risque de choisir de fleurir.
  • Ne cherche pas les parce que - en amour il n'y a pas de parce que, de raison, d'explication, de solutions.
  • La grande beauté de ma vie c'est que je vis ce que les autres ne font que rêver, discuter, analyser.
    Journal 1944-1947
  • Je ne pouvais vivre dans aucun des mondes qui m'étaient proposés, j'ai dû créer un monde pour moi, comme un climat, un pays, une atmosphère où je puisse respirer et me recréer lorsque j'étais détruite par la vie.
  • Si je n'avais pas créé mon propre monde, je serai probablement morte dans celui des autres.
  • Je recherche l'harmonie. Si elle n'est pas là, je m'en vais ailleurs.
  • Nous ne voyons pas les choses telles qu'elles sont. Nous les voyons telles que nous sommes.
  • Quelle erreur pour une femme d'attendre que l'homme construise le monde qu'elle veut, au lieu de le créer elle-même.
  • Nous voyageons pour chercher d'autres états, d'autres vies, d'autres âmes.
  • Le seul alchimiste capable de tout changer en or c'est l'amour. L'unique sortilège contre la mort, la vieillesse, la vie routinière, c'est l'amour.
  • Aller sur la lune, ce n'est pas si loin. Le voyage le plus lointain, c'est à l'intérieur de soi-même.
  • L'amour ne meurt jamais de mort naturelle. Il meurt car nous ne savons pas revenir à sa source. Il meurt d'aveuglement, d'erreurs et de trahison. Il meurt de maladie et de blessures ; il meurt de lassitude, il dépérit et se ternit.
    Les chambres du cœur
  • La vie rétrécit ou s'étend proportionnellement à notre courage.
    Journal
  • 1
  • 2
  • 3
  • »