Axel Kahn (5 septembre 1944 - 6 juillet 2021) est un médecin généticien et essayiste français. Parmi ses fonctions, il a été Directeur de recherche à l'INSERM (Institut national de la santé et de la recherche médicale), président de l'université Paris-Descartes de 2007 à 2011 puis de la Ligue nationale contre le cancer de 2019 à 2021.
  • Ne pas souscrire à l'existence de Dieu oblige à produire un effort bien plus grand pour cheminer vers "la vie bonne".
    L'éthique est une boussole, éd. de l'Aube
  • La création ne devient artistique que si elle est conçue aussi pour être montrée avec l'espoir qu'elle puisse être appréciée. Et que l'œuvre puisse possiblement être achetée.
    L'éthique est une boussole, éd. de l'Aube
  • [...] le beau, ou plus exactement l'aptitude à s'en sentir ému, occupe selon moi une place centrale dans le processus d'humanisation. Il n'y a pas de vie humaine sans beauté, et donc un monde, une civilisation, une société qui ne lui laisserait pas la place qui lui revient, serait en très grave danger d'évolution vers l'inhumanité.
    L'éthique est une boussole, éd. de l'Aube
  • [...] la manière dont une société dans son ensemble prend soin de ceux qui le requiert, aide en particulier les personnes handicapées, dit beaucoup de sa cohésion, et par conséquent de sa santé et de ses ressorts en tant que société.
    L'éthique est une boussole, éd. de l'Aube
  • Préserver les conditions du bonheur des prochaines générations est devenu un enjeu d'une brûlante actualité. Ce legs d'une Terre compatible avec leurs besoins vitaux, leurs aspirations légitimes, les conditions de leur épanouissement, constitue, en définitive, la seule pensée politique nouvelles du XXe siècle.
    L'éthique est une boussole, éd. de l'Aube
  • C'est lorsqu'un contexte malmène notre éthique que nous devons redoubler d'énergie pour la faire vivre.
    L'éthique est une boussole, éd. de l'Aube
  • L'éthique est le domaine par excellence du dilemme, du conflit entre des propositions qui peuvent toutes être recevables, mais aussi contraires.
    L'éthique est une boussole, éd. de l'Aube
  • [...] le bien prend en considération la valeur intrinsèque de l'autre et ce qu'implique la profonde réciprocité entre deux êtres. Le mal en est le contraire ; il est ce qui nuit à l'autre, à son épanouissement, à sa liberté, à la justice, il est la malveillance.
    L'éthique est une boussole, éd. de l'Aube
  • J'appelle dignité la qualité au nom de laquelle une communauté humaine se fixe le devoir de respecter les êtres, y compris ceux qui sont dans l'incapacité de réclamer leurs droits.
  • J'ai besoin de l'autre pour être moi-même, et il a besoin de moi pour être lui.
  • La vie a une fin. Ne jamais commencer à vivre en dispense. Une vie riche et belle connaît une issue qui en fait partie, comme la ponctuation finale d'une belle histoire.
  • Être homme, conscient à la fois de son animalité et de ses traits spécifiques fondant notre humanité, oser vouloir en réaliser pleinement ses potentialités, en communion avec autrui, s'en donner les moyens. Puis, parfois, se retourner sur son chemin et pouvoir se dire que, s'il n'est pas parfait, il n'est pourtant pas insignifiant.
    L'homme, ce roseau pensant…, éd. NIL
  • "Que le meilleur gagne" : il n'existe pas, en un sens, de dessein plus inégalitaire, plus contraire à l'éthique que celui-là. Promouvoir les "inégalités de nature" de manière à ce que le plus costaud on le plus véloce l'emporte toujours ne peut avoir de valeur morale générale.
    L'éthique est une boussole, éd. de l'Aube
  • [...] l'humanité est le souci moral de l'autre, l'importance que l'autre occupe dans sa conscience, dans son esprit, et qu'on exprime pas l'amour, la générosité, la bienveillance, la considération et le pardon, etc.
    L'éthique est une boussole, éd. de l'Aube
  • J'aime vivre. Éperdument. Toute mon existence, même lorsqu'elle était traversée de douloureuses épreuves, j'ai adoré vivre. Pour autant, je n'ignore pas que la vie est une pièce qui se joue du lever au baisser du rideau. Et le temps qui s'écoule entre ces deux séquences peut être joyeux ou funeste, bref ou interminable, fade ou tumultueux. La conscience de cette réalité et l'emploi de cette allégorie théâtrale ne sont pas sans conséquences : toute pièce qui s'éternise devient ennuyeuse. Ma propre vie n'échappe pas à cette règle. Et je vois sans aucune frayeur qu'un terme sera mis à la pièce.
    L'éthique est une boussole, éd. de l'Aube